Étiquettes

, ,

Une réaction particulièrement ferme d’Amnesty International, sous le titre « Manuel Valls quitte son ministère en laissant une circulaire pour renvoyer davantage de réfugiés », qui porte sur la circulaire du 11 mars 2014 et la réforme à venir de la législation sur l’asile :

http://www.amnesty.fr/AI-en-action/Personnes-deracinees/Droit-dasile/Actualites/Asile-La-France-met-en-danger-des-demandeurs-asile-11317

 

Et celle du Réseau Éducation Sans Frontière :

« Communiqué RESF

Manuel Valls, de l’Intérieur à Matignon, des continuités inacceptables

Présentée par François Hollande comme une réponse au rejet exprimé lors des élections municipales, la nomination de Manuel Valls à Matignon, vaine tentative de séduction des électeurs de droite, est en réalité un camouflet pour tous ceux qui enragent de voir celui qu’ils ont élu mener la politique de la droite.

Manuel Valls, ministre de l’intérieur, a pendant 22 mois, mené une politique semblable à celle de ses prédécesseurs sarkozystes dans le domaine de l’immigration. Orientations, objectifs chiffrés, consignes aux préfets : pratiquement rien n’a changé. Pire, la situation de certaines catégories d’étrangers s’est aggravée de manière significative : demandeurs d’asile, Rome, jeunes majeurs scolarisés, aujourd’hui privés de perspectives . Hollande connaît et assume ce bilan. C’est donc en toute connaissance de cause qu’il a choisi de nommer Manuel Valls premier ministre.

Cette nomination de Manuel Valls est un déni apporté à la protestation de ceux qui voulaient en mai 2012 une autre politique. Ils l’ont fait savoir lors des élections municipales. »