Étiquettes

, , , ,

 

Après une période d’éclipse, le collectif d’extrême-droite Sauvons Calais fait sa rentrée, en appelant à manifester dimanche 13 avril à Calais. Cette fois, c’est du moins ce qu’ils annoncent, en ayant mobilisé nationalement dans les groupes d’extrême-droite radicale.

Les deux premières manifestations de Sauvons Calais avaient rassemblé une quarantaine de personnes, la deuxième après deux mois de préparation. Visiblement, la dynamique ne prenait pas. C’est l’attaque du squat de Coulogne qui lui a permis de passer la rampe. Jets de pierre, insultes, menaces de mort et de viol, tentatives pour entrer de force, jets de cocktails Molotov, sous l’œil de la police qui n’intervient pas, le préfet considérant qu’il n’y a pas de trouble à l’ordre public (voir ici, ici et ). Cette impunité a permis à ce qu’un rassemblement violent s’installe devant le squat pendant une semaine, jusqu’au départ des habitants.

L’épisode de Coulogne est inquiétant par la connivence qu’il révèle entre le préfet et Sauvons Calais. La cible n’était pas des exilés, mais des militants ce qui allait devenir le collectif Salut ô Toit. Et il faut savoir que le mouvement No Border et le collectif Salut ô Toit ont mené tout un combat juridique concernant le harcèlement policier, avec la saisine du Défenseur des Droit (voir ici la décision du Défenseur des Droits), et concernant les squats, pour contrer les expulsions illégales (voir par exemple ici). À Coulogne, là où la police est bloquée pour expulser illégalement, c’est Sauvons Calais qui fait le boulot.

C’est donc cet épisode qui est en arrière-fond de la manifestation de la manifestation du 13 avril, avec les menaces de Sauvons Calais contre les squats en général, et ceux ouverts par No Border et Salut ô Toit en particulier.

Face à cette situation, des choses se préparent aussi. No Border a discuté avec les exilés des différents campements de la situation et des mesures de prudence à prendre, ce qui est sans doute la meilleure chose à faire pour éviter tout accident grave.

Un appel à contre-manifestation circule dans les réseaux Anti-fa (anti – fascistes) et de défense des squats, avec une perception assez lointaine de la réalité calaisienne :

https://fr.squat.net/2014/03/23/calais-defendons-les-squats-defendons-nous-defendons-le-62/

Le collectif Calais Ouverture et Humanité appelle à un rassemblement sur le parking à côté du campement rue Lamy, en face du lieu de distribution des repas :

https://www.facebook.com/events/223304217865073/?ref_dashboard_filter=upcoming

Surtout, la population calaisienne, après plus de dix ans de violences policières, voit une nouvelle source de violence s’installer dans la ville.

Coulogne avant aprèsLe squat de Coulogne, avant et après les jets de pierres des Sauvons Calais (source : Calais Ouverture et Humanité)

10168024_1514290008798724_3914530617694401748_nLa liste des cibles, publiée par Sauvons Calais.