Étiquettes

, , , , ,

Donc pas de rassemblement ni de contre-rassemblement à Calais ce week-end. Quelques provocations nocturnes, des personnes qui crient quelques injures en passant en voiture près du campement de la rue Lamy, ou qui viennent chanter la Marseillaise près de celui au bord du bassin de la Batellerie, mais pas d’agressions ou d’affrontements. La seule violence est venue de la part de l’État, avec la destruction du campement des Soudanais vendredi matin.

https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2014/04/11/destruction-du-campement-des-soudanais/

Reste qu’avec Sauvons Calais une nouvelle source potentielle de violence est présente dans le territoire calaisien, que les autorités tantôt laissent s’exprimer, comme à Coulogne, tantôt brident comme ce week-end à Calais, le tout dans un jeu politicien qui reste assez malsain.

Sauf à jouer la politique du pire, les autorités sont donc condamnées à trouver des solutions aux problèmes pour diminuer les tensions.

La maire de Calais vient d’être réélue pour six ans, elle donc le temps devant elle si elle souhaite aborder le sujet sans se soucier d’agitation démagogique.

L’État est dans un logique schizophrène de dialogue avec les associations pour aller vers des conditions dignes d’accueil, et de continuation des expulsions sans concertation ni relogement, ainsi que du harcèlement policier. Il risque ainsi de s’enferrer à nouveau sur le paradoxe de permettre la réalisation de projets concrets tout en décevant et en donnant l’impression que rien ne change.

Les conseils régional et général ont aussi leur contribution à apporter pour faciliter les évolutions – le conseil régional entre autres comme propriétaire de terrains dans le Calaisis.

La balle est donc dans leur camp.

 

Pentax Digital Camera