Étiquettes

, , , ,

La politique du gouvernement français pour dissuader les réfugiés érythréens se confirme : trente-cinq d’entre eux sont en rétention en vue de leur expulsion vers l’Érythrée.

Un Flash-Info d’Amnesty International :

http://www.amnesty.fr/Flash-Info-35-Erythreens-en-retention-12319

 » France. Au moins 35 Erythréens en centre de rétention
[08/08/2014]

Amnesty International France s’inquiète des procédures de renvoi qui sont actuellement en cours à l’encontre d’au moins 35 Erythréens et des conséquences qu’elles peuvent avoir pour ces personnes et les membres de leur famille en Erythrée.

Selon les informations qu’a pu recueillir Amnesty International France, au moins 35 Erythréens seraient actuellement maintenus par les autorités françaises dans les centres de rétention de Paris (Vincennes et Cité).

Amnesty International France rappelle que la situation des droits humains en Erythrée impose à la France de ne pas renvoyer ces personnes qui risquent d’être arbitrairement détenues et soumises à la torture et à de mauvais traitements. Devant l’ONU en février 2014, la France a d’ailleurs fait état de sa préoccupation quant au respect des droits humains dans cet Etat.

D’après le ministère de l’Intérieur, aucun renvoi d’Erythréens n’est intervenu depuis trois ans.

Pourtant, ce placement en rétention est l’une des étapes préalable au renvoi des étrangers dans leur pays.

De plus, des vols auraient été réservés pour les 23 et 25 août, et l’identité des personnes aurait été transmise aux autorités érythréennes en France pour identification et pour obtenir des laissez-passer nécessaires à leur éloignement. Cette dernière démarche crée un risque très élevé pour les membres de leurs familles d’être soumis, en représailles, à des persécutions.

Informations complémentaires

Les textes internationaux relatifs aux droits humains, ratifiés par la France, tels la Convention européenne des droits de l’homme, la convention des Nations unies contre la torture ou encore le Pacte international relatif aux droits civils et politiques prohibent tout renvoi de personne vers un territoire sur lequel elle serait soumise à la torture et à d’autres formes de mauvais traitements.

Rapport d’Amnesty International publié au mois de mai 2013 Eritrea: 20 years of independence, but still no freedom http://www.amnesty.org/en/library/asset/AFR64/001/2013/en/64b58cdf-a431-499c-9830-f4d66542c8da/afr640012013en.pdf

Pourquoi des Erythréens viennent en France ? http://www.amnesty.fr/AI-en-action/Personnes-deracinees/Migrations-et-droits-humains/Actualites/Pourquoi-des-Erythreens-viennent-en-France-12305

SF14M36  »