Étiquettes

, , , , ,

Occupation Galou, impasse des Salines, milieu de l’après-midi. Au milieu de la cour ensoleillée, une partie de football se dispute – des plots pour les buts, en tongs, baskets ou pieds nus, mais les joueurs et la joueuse sont d’une adresse évidente. Le long de la haute paroi de métal, autour des tentes et des cabanes on discute et on partage un thé ou un café. De l’autre côté de la cour, on lave ses vêtements ou on se lave dans les cabines mises en place par Médecins du Monde. Une délégation est allée dans les « jungles » discuter des suites de la manifestation du jeudi 21 août.

À Paris, le ministre de l’intérieur a reçu ce matin le député du Calaisis, Yann Capet (PS), venu plaider pour un accueil de jour des exilés et un hébergement des personnes vulnérables, et cet après-midi la maire de Calais et sénatrice Natacha Bouchart (UMP), venue plaider pour un centre d’accueil des exilés de 400 places à l’écart du centre-ville. Le préfet du Pas-de-Calais a lui réunit précipitamment les associations samedi dernier pour calmer le jeu par rapport aux possibilités d’expulsions de campements et de squats, et évoquer l’accueil de jour des exilés et l’hébergement des personnes vulnérables comme des pistes possibles. Une délégation du Haut Commissariat aux Réfugiés serait attendue demain à Calais.

Tout a l’air d’aller dans le bon sens dans le meilleur des mondes, et les choses pourraient enfin avancer vers moins d’humanité.

Les esprits chagrins se souviendront sans doute que l’hébergement d’urgence est un droit pour toute personne à la rue, reconnu comme une liberté fondamentale; que l’hébergement des demandeurs d’asile est une obligation de l’État, tout comme la protection des mineurs en danger une obligation de l’Aide Sociale à l’Enfance; que l’État de droit est un État qui respecte ses propres lois. Mais on est rendu si loin du compte – pourquoi ne pas rêver de redistribuer la richesse des riches vers les pauvres ou qu’on en prélève le nécessaire des intérêts privés vers l’intérêt commun, pendant qu’on y est ? La planète rouge, c’est définitivement chez les Martiens.

Mais on accueillerait avec plus de joie ces ouvertures qui semblent se dessiner si nous ignorions le contexte dans lequel elles miroitent.

Les décisions d’expulsions vers des pays comme l’Érythrée et le Soudan se multiplient, placements en rétention à la clé, dans la logique de la circulaire du 11 mars 2014Le communiqué commun des ministres de l’intérieur britannique et français annonce une aggravation de la répression, en reprenant la matière de l’arrangement franco-britannique et en l’articulant à des perspectives européennes plus larges.

Quelle dose « d’humanité » sera accordée pour calmer les esprits face à une aggravation de « la fermeté », pour reprendre la formule bessonienne éprouvée en 2009 ? Que concédera le gouvernement pour faire accepter le surcroit d’inhumanité qu’apportent les politiques qui se mettent en place ?

Et comment allons-nous nous organiser pour faire face au regain prévisible de la violence ?

 

Pentax Digital Camera