Étiquettes

, , , , , ,

Les exilé-e-s en route vers le Royaume-uni ne sont pas seulement à Calais. En particulier, ceux et celles venant d’Érythrée et d’Éthiopie se retrouvent aussi dans des campements situés sur le territoire des communes de Steenvoorde https://goo.gl/maps/8tDxE dans le Nord, et de Norrent-Fontes https://goo.gl/maps/7uVRc dans le Pas-de-Calais, à proximité d’aires d’autoroutes où elles et ils essayent de monter dans les camions qui vont vers la Grande-Bretagne.

Conséquence de l’arrivée de plus d’exilé-e-s d’Afrique de l’est en Italie, mais aussi de la politique de dissuasion et d’inhospitalité des autorités françaises, le nombre de personnes présentes dans ces deux campements a augmenté.

Prétextant les réactions négatives de certains habitants de leur commune (le « riverain » est une catégorie imaginaire par définition hostile à toute manifestation de l’altérité, à la disposition de toute propagande xénophobe, sans grand rapport avec les personnes habitant à proximité de tels ou tels voisins et pouvant leur être ou non hostiles dans la réalité), les deux maires ont adoptés après les élections municipales des attitudes hostiles aux exilé-e-s.

À Steenvoorde, c’est le même maire, qui avant les élections avait mis en place un accueil d’hiver, et facilitait toute l’année l’accès aux douches et à différentes facilités dans sa commune. Réélu, il stoppe toute aide, et souhaite la fin du campement. Mais c’est la police nationale qui a fait pression sur le propriétaire du terrain où se trouve celui-ci pour qu’il porte plainte contre l’occupation illicite.

En soutien aux exilés présents à Steenvoorde, vous pouvez signer la pétition : http://www.mesopinions.com/petition/droits-homme/migrants-steenvoorde-contre-durcissement-situation/12433

À Norrent-Fontes, le maire a changé aux dernières municipales. Le campement était installé sur un terrain municipal, avait connu des améliorations : remblaiement du fossé où ils se trouvait, construction de baraquements remplaçant les anciennes cabanes en palettes et bâches plastiques, toilettes sèches, apport d’eau, et facilités diverses pour résoudre les difficultés de la vie quotidienne. Son approvisionnement en eau, dans un premier temps, son existence éventuellement, sont remis en cause.

Pour soutenir les exilés de Norrent-Fontes, merci d’envoyer au maire (Bertrand COCQ, Mairie, 13 rue Jules Ferry, 62120 Norrent-Fontes) la lettre que vous pouvez télécharger ici.

 

Pentax Digital Camera