Étiquettes

, , , , ,

Le 2 juillet dernier, le campement créé par les exilés sur le lieu aménagé pour la distribution des repas et trois squats ouverts par le collectif Salut ô Toit étaient évacués. Six cents personnes étaient arrêtées, deux cents placées en rétention, les autres emmenées dans des commissariats et relâchées, ou encore emmenées en bus dans différentes villes et relâchées, tandis que cent vingt mineurs étaient répartis dans deux centres improvisés réquisitionnés pour l’occasion (voir ici, ici et pour la journée du 2 juillet, et ici, ici, ici, et les articles suivants pour les suites de l’opération).

Au-delà de la violence de l’opération, tout cela n’a servit à rien qu’à disperser les exilés à la périphérie de Calais dans des conditions encore plus précaires, la quasi totalité des personnes arrêtées étant de retour le jour-même ou les jours suivants.

Dans son bulletin sur le centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot, la CIMADE revient sur cette rafle et ses suites, vues du centre de rétention où ont été emmenées soixante-trois des personnes arrêtées.

Vous pouvez télécharger le bulletin CRAzette n°11 ici.

 

Pentax Digital Camera2 juillet 2014, l’arrivée des bus qui allaient emmener les personnes arrêtées au lieu de distribution des repas.