Étiquettes

, , , , ,

L’occupation Galou, le squat ouvert le 12 juillet dernier impasse des Salines, continue son combat juridique, avec une audience vendredi 17 octobre devant le juge de l’exécution (JEX), qui peut donner un délais avant expulsion.

Appel à rassemblement devant le tribunal de grande instance de Boulogne/Mer à 8h30 vendredi 17 octobre.

https://goo.gl/maps/Jlhc4

RASSEMBLEMENT EN SOUTIEN AU SQUAT VANDAMME A CALAIS :

« L’espoir est en marche ! »

Le vendredi 17 octobre à 9 heures au tribunal de grande instance de Boulogne-sur-mer va se jouer l’avenir du squat situé 10 impasse des Salines à Calais, surnommé « Fort Galloo ». Plus de 200 personnes sans-abris venues du monde entier y vivent aujourd’hui, et plus de 500 y passent tous les jours pour avoir accès à des conditions d’hygiène minimales, une tasse de thé, un jeu de dominos…

Le JEX ( le juge d’exécution qui peut donner des délais) avait été saisi après qu’une première décision d’expulsion soit survenue mi-juillet, et ce dernier avait décidé, après un premier jugement début septembre, d’effectuer une visite sur les lieux accompagnés d’un expert scientifique. Cette visite a donné lieu au second jugement de ce vendredi 17 octobre qui est une date historique dans la lutte pour le droit au logement, pour toutes les personnes sans abris quelles que soient leurs origines et leurs situations, à Calais.

C’est en effet la première fois qu’un squat, dont le premier jugement avait avalisé une expulsion assortie seulement d’un délai de 10 jours a, d’une part, tenu jusqu’au jugement du JEX et va en plus faire l’objet d’un double-examen ! On se rappelle du cas des trois squats Vic, Masséna et Auber, qui, malgré une procédure en cours avec le JEX qui devait rendre sa décision le 4 septembre, avaient été expulsés par la police lors de la rafle du 2 juillet. JEX qui avait d’ailleurs communiqué aux habitants de ces trois maisons sa décision au mois de septembre : ils avaient gagné un délai de trois mois…

Le respect partiel de la loi sur le logement n’est pas la norme à Calais, mais le fruit d’une longue bataille que ce procès incarne ! Ce squat avait été ouvert pour manifester notre opposition au harcèlement spécifique et à la chasse quotidienne que subissent les exilés de Calais, et leur offrir un abri avec un accès minimal aux besoins de base, obligations étatiques que le gouvernement bafoue obstinément. Or, aujourd’hui, si ce squat ferme ses portes, 300 personnes seront remises à la rue et viendront s’ajouter aux centaines d’exilés qui survivent dans les campements de fortune.

Les ouvertures de squat ont fait pression sur les autorités et ont fait bouger les lignes : meilleur respect des procédures, lieu d’hébergement pour les femmes et les enfants, projet d’accueil de jour. Des avancées timides, parfois insatisfaisantes, mais face à la pression les autorités ont dû faire des concessions. Le squat Galloo est né d’une indignation unanime suite aux expulsions du 28 mai et du 2 juillet. Bougeons-nous pour que les choses avancent !

Venez manifester votre soutien à l’Occupation Galloo

et à ses habitants et habitantes

Rassemblement le vendredi 17 octobre à 8h30

devant le tribunal de grande instance de Boulogne-sur-Mer

Pentax Digital Camera