Étiquettes

, , ,

Samedi 21 décembre décembre 2013. Trois femmes érythréennes, dont une est enceinte, sont tabassées par un chauffeur routier lors d’une tentative de passage (voir ici). Ce n’est pas quelque chose de fréquent, mais c’est récurent.

Le 31 janvier 2014, un exilé est fauché par un véhicule sur l’autoroute à quatre heure du matin (voir ici). Le chauffeur ne s’arrête pas. Ce n’est pas quotidien, mais ce genre d’accident sur l’autoroute se répète, parfois mortel comme ici. Les chauffeurs, qu’il s’agisse de voitures ou de camions, ne s’arrêtent pas toujours.

La violence n’est pas nouvelle.

Mais deux choses ont changé. D’une part la violence se dit, y compris devant les caméras, comme quelque chose de normal. D’autre part le nombre des exilés change le rapport de force.

Mais il ne faut pas sous-estimer la pression qui pèse sur les chauffeurs routiers, entre les amendes si des exilés sont trouvés dans leur camion côté britannique, les consignes de sécurité de plus en plus draconiennes, le risque de dégradation de la cargaison, et la tendance de certains employeurs à reporter les risques, y compris financiers, sur leurs salariés.

Un document de formation, que vous pouvez télécharger ici, montre les logiques en œuvre du côté des employeurs et des organisations professionnelles. On commence par donner des chiffres, choisis pour frapper les esprits, sur les agressions dont seraient victimes les chauffeurs, et on leur laisse un temps pour réfléchir à la situation. Suivent une série de recommandation de sécurité (par rapport au camion, mais aussi par rapport aux personnes, ne pas parler de son chargement, même à d’autres chauffeurs, ne pas prendre d’autostoppeurs), une partie sur les risques aux frontières, et un dernier chapitre intitulé « Les clandestins ». En résumé : le monde est dangereux, y compris pour votre sécurité physique; vous devez être constamment sur vos gardes; parmi les dangers, les exilés.

Il revient au chauffeur d’appliquer ces règles de sécurité. Et il devient, entre autres, un exécutant des politiques de contrôle des frontières.

Et ce document témoigne de la manière dont se fabrique la déshumanisation des rapports sociaux.

 

Pentax Digital Camera