Étiquettes

, , , ,

Le Front National faisait à Calais autour de 20% des voix aux élections, en collant quelques affiches à la veille du scrutin, sans faire plus campagne que ça et en ayant pas une présence particulièrement virulente.

Sauvons Calais avait cristallisé certaines réactions de rejet, les discours de haine, et des passages à l’acte violents, ciblés ou plus spontanés.

Sauvons Calais a pu prospérer grâce à la bienveillance du préfet et du parquet, qui ne voient aucun trouble à l’ordre public dans les incitations à la violence, les symboles nazis, les agressions contre les exilés et les personnes qui les soutiennent.

Mais ses liens avec l’extrême-droite la plus radicale limite son développement.

La manifestation anti-migrants du 13 octobre réunit le Front National, des élus de la majorité municipale, Sauvons Calais, des policiers, des agriculteurs, des chauffeurs routiers, des commerçants. Elle ouvre un front plus large, sensé plus représentatif de la population, à l’appel d’un syndicat de police.

Le ministre de l’intérieur légitime les revendications des manifestants en annonçant un renfort de cent policiers, qui viennent s’ajouter aux renforts déjà envoyés, et laissent présager une aggravation des violences.

Les médias valident avec une belle unanimité les mots d’ordre de la manifestation anti-migrants : l’afflux massif d’exilés, l’augmentation de la délinquance, le rejet par la population, sans rien vérifier.

Les autres points de vue deviennent du coup inaudibles.

L’écrin est prêt pour la venue de la dirigeante du Front Nationale.

Marine Le Pen vient d’annoncer sa venue à Calais demain 24 octobre.

 

Pentax Digital Camera