Étiquettes

, ,

Squat Galou, fin d’après-midi ensoleillée. Certains s’appuient au mur, face au soleil. On plaisante sur le soleil d’ici et le soleil d’Afrique – on plaisante, ou on échange en riant sur ce que c’est de vivre à la rue l’hiver en France quand on vient du Soudan.

Un peu plus loin, on dit bonjour, une chaise se tend, un thé se prépare. On plaisante sur la quantité de sucre, « on met beaucoup de sucre, c’est pour ça qu’on est doux », « oui, alors nous on est amers ».  On bavarde, on parle de la France et du Soudan, on échange quelques mots en français contre quelques mots en arabe.

Et puis il y a celui-à qui tortille une tige de fer dans le feu, et le bout qui devient rouge. Comme je le regarde faire, son voisin mime le geste de se le passer sur les mains. Alors on parle. Pendant un an l’Italie a intercepté les bateaux en mer et ramené les exilés sur ses côtés, Peu désireuse de les garder sur son sol, elle a omis de prendre leurs empreintes digitales, leur permettant d’aller demander l’asile dans n’importe quel autre pays européen qu’ils et elles pourront atteindre.

L’Union européenne et certains de ses membres – dont le France – ont protesté, et l’Italie prend à nouveau les empreintes digitales. Elle devient donc responsable de leur demande d’asile selon le règlement européen Dublin III, et les personnes qui demanderont l’asile dans d’autres pays y seront renvoyées, alors que l’Italie n’a pas mis en place des conditions d’accueil minimales (voir ici et ).

Alors on revoit, comme il y a à peine plus d’un an, des tiges de fer mises à chauffer dans l’âtre – et parfois, dans l’obscurité de la nuit, l’odeur de cher brûlée nous rappelle à quoi elle servent. Comme les doigts portent la trace du passage par un pays ou l’on sait que l’on n’a pas d’avenir, on se brûle les doigt, pour ne pas y être renvoyés.

« Vous nous prenez nos empreintes digitales, on se brûle les doigts, si vous prenez les empreintes de nos paumes nous nous brûlerons les mains, si vous prenez l’image de nos iris nous nous crèverons les yeux pour atteindre la liberté » disent certains d’entre eux, prêts ou non à aller jusqu’au bout.

Pendant ce temps, quelques kilomètres supplémentaires de clôtures, couronnées de barbelés, se construisent autour du port.

 

Pentax Digital CameraLes nouveaux barbelés du port de Calais