Étiquettes

, , , , ,

Les démarches pour retrouver les exilés arrêtés à Calais et placés en rétention un peu partout amènent d’autres informations. Ainsi treize Syriens sont en rétention à Metz pour être renvoyés en Italie, deux autres, arrêtés à Calais, seraient rétention au Mesnil-Amelot, en région parisienne.

Ceci illustre la politique de non-accueil des pays de l’Union européenne vis-à-vis des réfugiés syriens, et la manière dont le règlement Dublin III fait obstacle à la possibilité pour eux de trouver accueil et protection en Europe.

L’Italie offre des conditions d’accueil et d’accès aux droits particulièrement mauvaises aux demandeurs d’asile et aux réfugiés. Mais le règlement Dublin III prévoit que c’est dans la plupart des cas le pays d’entrée dans l’Union européenne qui est responsable d’une demande d’asile, et que les personnes qui demanderaient l’asile dans un autre pays soient renvoyées dans le pays responsable. La prise des empreintes digitales étant lors du franchissement de la frontière de l’UE étant la preuve la plus fréquente.

Pendant un an, l’Italie avait cessé de prendre les empreintes digitales, pour ne pas avoir à accueillir les demandeurs d’asile et réfugiés. Sous la pression de la Commission européenne et de certains États, elle a recommencé à le faire.

Les Syriens, comme d’autres, recommencent à en faire les frais.