Étiquettes

, , , , ,

Six personnes sont mortes un peu partout en France au cours des premiers jours de froid.

La même chose se reproduit chaque année. Un nombre de place d’hébergement insuffisant tout au long de l’année, des places hivernales ouvertes au dernier moment, en fonction des agitations du thermomètre.

Chaque année, le gouvernement déclare qu’il va en finir avec « la politique du thermomètre », dont il énonce les effets pervers, mise à l’abri saisonnière, par à-coup, suivie d’une remise à la rue au printemps. Problème connu, identifié, solutions connues.

Pourtant, les mêmes choses se répètent. Jusqu’aux circulaires « grand froid » envoyées aux préfets qui sont un copier-coller d’une année sur l’autre :

voir la circulaire 2013

voir la circulaire 2014

On comprend mieux les incohérences de la mise à l’abri des exilés dans le Pas-de-Calais, sachant que les exilés ont droit à un plan grand froid au rabais, dû probablement à leur « vocation » à ne pas être là (voir ici, ici et ).

Le gouvernement n’est pas seulement « extrêmement préoccupé », il est aussi « pleinement mobilisé ». La machine à communiquer tourne, déconnectée de toute réalité. Mais les gens qui sont à la rue, la réalité les rattrape vite.