Étiquettes

, , ,

Le feuilleton des grilles barbelées du port de Calais rebondit, d’une manière qui pose d’intéressantes questions politiques.

Samedi dernier, la Chambre de Commerce et d’Industrie Côte d’Opale annonçait que les grilles posées en novembre et renversées deux fois par le vent (voir ici, ici et ) seraient démontées :

http://www.lavoixdunord.fr/region/les-barrieres-anti-intrusion-du-port-de-calais-vont-etre-ia33b48581n2606151

Hier mercredi, le Home Office, le ministère de l’intérieur britannique, annonçait que les grilles resteraient en place et seraient réparées :

http://www.lavoixdunord.fr/region/barrieres-affaissees-au-port-de-calais-les-anglais-ne-ia33b48581n2614028

Or le port de Calais est propriété du Conseil régional du Nord – Pas-de-Calais, et la Chambre de Commerce et d’Industrie Côte d’Opale en est concessionnaire :

http://www.calais-port.fr/port-de-calais/organisation-et-missions/

Et Calais n’est plus du ressort de la couronne britannique et du Home Office depuis l’an 1558 :

http://www.calais.ws/FrHistory.html

Les Calaisiens sont assez chatouilleux sur le point des ingérences anglaises, mais au-delà des susceptibilités le communiqué du Home Office pose la question de qui décide de ce qui se fait de ce côté-ci de la frontière. Les autorités françaises semblant, elles, hors-jeu.

 

Joseph_Mallord_William_Turner_085Turner : La plage de Calais (1830)

Advertisements