Étiquettes

, , , ,

Le 7 avril 2009, la police de la République moldave réprime violemment une manifestation et procède à des passages à tabac systématiques. Un manifestant meurt des suites de ses blessures.

Le ministre de l’intérieur de l’époque vient d’être condamné à 4 ans de prison ferme pour sa responsabilité dans ces événements, tandis que le chef de la police de Chisinau était condamné à deux ans de prison ferme.

Voir sur le Courrier des Balkans : http://balkans.courriers.info/article26445.html

Six ans pour que la justice se prononce, c’est long. Mais qui pourrait imaginer qu’en France un ministre de l’intérieur soit poursuivi en justice et condamné pour sa responabilité par rapport à des violences policières, même ayant entrainé la mort d’une personne ?

Politiquement c’est devenu inimaginable. Mais juridiquement, les ministres ne sont pas des justiciables comme les autres, ils relèvent d’une juridiction d’exception, la cour de justice de la république, formée majoritairement de parlementaires, et connue pour ses verdicts particulièrement cléments : le monde politique se juge entre soi.

Là où les institutions françaises sont verrouillées, la République moldave donne un exemple de démocratie.

 

police