Étiquettes

, , , , ,

Le 6 février 2014, des exilés tentent le passage de la clôture barbelée qui enserre Ceuta, enclave espagnole sur le territoire marocain. Pris entre la police marocaine et la guardia civil espagnole, certains essayent de passer par la mer. Une vedette marocaine survient, la guardia civil tire au flashball sur les personnes qui sont dans l’eau. Quinze morts sont identifiés, une cinquantaine de personnes sont portées disparues, les survivants ont été brutalement – et illégalement – refoulés en territoire marocain.

En mémoire de ces événements, la CISPM (Coordination Internationale des Sans-Papiers, Migrants et Réfugiés) organisait vendredi dernier une manifestation à Berlin, en ouverture d’une rencontre de trois jours.

Elle a relié les ambassades des deux États directement impliqués, l’Espagne et le Maroc, en passant par le Bundesrat, la chambre des Länder allemande, l’équivalent du sénat, pour souligner l’implication de l’Allemagne dans la guerre aux migrants menée à l’échelle européenne, et soutenir les luttes des exilés dans le pays.

Les sans-papiers, migrants et réfugiés ont aussi sur leur parcours manifesté leurs revendications dans le nouveau centre de Berlin, bâti et aménagé après la réunification non comme l’expression de la réunion des peuples, mais comme l’apothéose d’un capital triomphant et du règne de l’argent au cœur de la ville. Ils ont rappelé au passage que l’Europe vit des richesses du reste du monde, et notamment de l’Afrique.

À la fin de journée, les participants à la rencontre de la CISPM ont également pu entendre des témoignages sur les événements de Ceuta, et c’est sous ces auspices que se sont ouverts leurs travaux.

 

Pentax Digital Camera

Pentax Digital Camera