Étiquettes

, , ,

En Allemagne, les demandeurs d’asile sont répartis dans des centres dans différents endroits du pays, en fonction souvent de leur nationalité, et ont l’obligation d’y rester pendant toute la durée de la procédure. Ils ont besoin d’une autorisation pour s’en éloigner. Ces centres sont généralement dans des endroits reculés à la campagne, ou dans des banlieues peu accessibles. Les demandeurs d’asile sont ainsi coupés de la population. La procédure dure parfois plusieurs années. Les conditions d’accueil sont très variables d’un Land à l’autre, et peuvent être très sommaires et ne permettant aucune intimité.

Les demandeurs d’asile se sont organisés et ont mené une lutte de plusieurs années contre l’obligation de résidence (Residenzpflicht).  Ils semblent avoir obtenu gain de cause, et la loi devrait changer.

Ces deux interviews témoignent de cette lutte :

http://audioblog.arteradio.com/post/3063478/berlin___interview_de_cajetan/

http://audioblog.arteradio.com/post/3063483/berlin___interview_de_mohammad/

La France prend le chemin inverse, tout au moins dans la version initiale du projet de loi sur l’asile en cours de discussion en procédure accélérée au parlement, qui prévoyait un hébergement obligatoire, et demande d’autorisation pour s’absenter. Cette disposition pourrait disparaître finalement. Mais on voit en attendant ouvrir des centres d’hébergement pour demandeurs d’asile à la campagne, comme celui de Pouilly-en-Auxois, qui accueille des personnes venues de Calais :

http://www.bienpublic.com/edition-cote-de-beaune/2015/02/05/les-vingt-deux-premiers-migrants-sont-arrives

Hébergés, mais coupés de toute solidarité, et prêts à être expulsés en cas de rejet de leur demande d’asile.