Étiquettes

, , , ,

L’entreprise Tioxide de Calais est devenue une filiale du groupe Américain Huntsman Pigments. Celui-ci souhaite concentrer son activité en Europe, et cent soixante-neuf licenciements sont annoncés à Tioxide Calais.

François Hollande s’était engagé dans le cadre de ses 60 propositions à prendre des mesures contre ce type de décision sacrifiant des emplois ou fermant des entreprises en contradiction avec les intérêts de ceux et celles-ci (c’était dans l’engagement n° 35). Des propositions ont par ailleurs été faites dans ce sens au gouvernement et au parlement. Elles n’ont pas été mises en œuvre.

Le député de Calais, Yann Capet (Parti socialiste), à son échelle, est responsable des choix qui ont été faits et des mesures qui n’ont pas été prises par le gouvernement qu’il soutien et la majorité parlementaire à laquelle il appartient.

Alors ?

Les migrants bien sûr.

Le député se répand dans la presse pour expliquer que la situation de Tioxide, les licenciements, les difficultés économiques de Calais sont dus aux exilés, dont quelques centaines ont construit une campement de fortune sur les terrains de l’usine Tioxide, après avoir été expulsés du centre-ville (c’était d’ailleurs une volonté du préfet qu’ils aillent squatter des terrains à la périphérie).

http://www.lavoixdunord.fr/region/le-ministre-de-l-interieur-bernard-cazeneuve-annonce-a-ia33b48581n2665370

La crise économique, les délocalisations, les choix de grands groupes multinationaux comme Huntsman, la stagnation ? Non, les migrants.

Un député de gauche aurait expliqué que l’exploitation des salariés de Tioxide par un groupe multinational et l’exploitation des réfugiés transformés en sans-papiers relève d’une même logique économique.

Un député honnête aurait expliqué pourquoi le gouvernement et sa majorité avaient renoncé à prendre des mesures contre ce genre de décisions contraires à l’emploi et à la survie des entreprises.

Dans un autre registre, le Commissaire aux Droits de l’Homme du Conseil de l’Europe recommande dans son dernier rapport sur la France :

« 48. Le Commissaire attire l’attention des autorités françaises sur l’impact particulier des discours de haine proférés dans la sphère politique. Il est essentiel que les responsables politiques non seulement condamnent fermement ces actes et ces discours, mais aussi s’abstiennent de recourir à une rhétorique qui stigmatise certains groupes sociaux, tels que les migrants ou encore les Roms, car cela déclenche plus d’intolérance et conduit à la banalisation du racisme dans la société. » (c’est nous qui soulignons)

Imaginons que les salariés de Tioxide et les exilés bloqués à Calais prennent conscience qu’ils et elles sont victimes des mêmes logiques économiques et politiques.

Imaginons ?