Étiquettes

, , ,

Le ministère de l’intérieur, pour promouvoir son action, donne des chiffres, qui renvoient parfois à des réalités difficiles à saisir. Il y a par exemple le nombre de « démantèlements de filières », en matière d’immigration irrégulière.

Le Larousse donne ces définitions du mot « filière » http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/fili%C3%A8re/33720 :

« Suite de personnes qui interviennent les unes après les autres dans le cadre d’une activité : Remonter la filière de la drogue »

« Ensemble des phases d’un processus de production qui permettent de passer de la matière première au produit fini vendu sur le marché. (Elle englobe toutes les étapes de transformation depuis l’amont jusqu’à l’aval pour obtenir une famille de produits. Par exemple, la filière bois ou textile.) »

Le terme « réseau » est aussi employé.

Toujours selon Larousse http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/r%C3%A9seau/68585:

« Ensemble organisé dont les éléments, dépendant d’un centre, sont répartis en divers points : Le réseau des agences d’une banque. Réseau de distribution commerciale. »

« Organisation clandestine dont les membres travaillent en liaison les uns avec les autres : Un réseau d’espionnage. Un réseau de résistance. »

La Police Aux Frontières (PAF) vient d’annoncer le démantèlement de deux « réseaux » de passeurs à Calais, ce qui donne lieu à une dépêche de l’Agence France Presse (AFP), reprise par La Voix du Nord et par Le Figaro :

http://www.lavoixdunord.fr/region/calais-deux-reseaux-de-passeurs-demanteles-ia33b48581n2703099

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/03/09/97001-20150309FILWWW00384-calaismigrants-deux-reseaux-demanteles.php

Le premier consiste en trois citoyens britanniques. C’est un petit réseau. Ils sont qualifiés de « chauffeurs », de trois véhicules, ils transportaient des exilés de Calais à Ouistreham, près de Caen, où existent aussi des liaisons ferry vers le Royaume-uni, et les logeaient en attendant à l’hôtel.

On ne sait pas s’ils recrutaient eux-mêmes leurs clients, ni s’ils les emmenaient de Ouistreham en Angleterre, ou si ce sont d’autres personnes qui a Ouistreham les aidaient à passer la frontière. Bref, on ne sait pas s’il s’agit d’une petite entreprise artisanale travaillant de manière autonome, de la recherche de clients au passage de la frontière, où s’ils emmenaient simplement des clients recrutés par d’autres de Calais à Ouistreham, où ils les confiaient à d’autres personnes qui les aidaient à passer la frontière.

Est-ce que ces trois personnes forment un « réseau » à elles toutes seules, ou est-ce qu’elles n’en sont qu’un élément, les chauffeurs qui emmènent des personnes d’un endroit à un autre, et qui du coup sont parmi les plus repérables par la police ?

https://goo.gl/maps/RvSlt

Le deuxième « réseau » est formé de cinq personnes, de nationalité albanaise. C’est un petit réseau. Selon la paf, ils ont « permis de transporter illégalement en Grande-Bretagne, sur les deux mois d’enquête, environ 300 ressortissants, très majoritairement albanais, pour un chiffre d’affaire estimé à environ deux millions d’euros ».

Aucune précision n’est donnée sur leur rôle. Le tarif indiqué, 6000 à 7000 €, dépasse très largement le simple fait d’aider des gens à accéder à un parking, à monter dans un camion, et refermer la porte derrière eux. Ont peut imaginer qu’ils aient eu des titres de séjour britanniques leur permettant de passer la frontière et d’acheminer eux-mêmes leurs clients jusqu’au Royaume-uni. Mais des aller et venues fréquentes de ressortissants albanais, leur permettant de transporter trois cents personnes, les auraient fait rapidement remarquer.

On a plutôt l’impression qu’ils intervenaient à un moment, pour une tâche donnée, qu’ils n’étaient qu’un élément d’un « réseau » ou d’une « filière ». L’information donnée sur ce qu’ils faisaient concrètement étant particulièrement pauvre.

 » Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, […] avait revendiqué une augmentation de 30% du nombre de filières démantelées en 2014 par rapport à 2013.  » C’est facile en effet quand tout groupe de trois ou cinq personnes est présenté comme un « réseau » ou une « filière ».

En 2009, le ministre de l’immigration Éric Besson avait décidé d’un objectif d’un campement de migrants démantelé chaque semaine. Ça fait 52 campements à l’année, il n’y avait pas un stock de campements suffisant à démanteler. Alors il y a eu la jungle merveilleuse. La Jungle des Hazaras, près de l’Overport, où habitaient des Afghans iranophones, Hazaras et Tadjiks notamment, était formée de cabanes et de groupes de deux ou trois tentes dispersées dans les buissons. La police venait, raflait tout le monde, détruisait une cabane ou un petit groupe de tentes, se gardait bien de toucher au reste, produisait un communiqué annonçant un démantèlement de campement. Puis refaisait la même chose trois semaines plus tard. La Jungle des Hazaras a fourni matière à une bonne huitaine de communiqués annonçant son démantèlement.

Au-delà des ressorts de la propagande, il y a aussi une question par rapport au fonctionnement des médias. La Police Aux Frontières produit une information, l’AFP en fait une dépêche avec un regard critique modéré dirons-nous, La Voix du Nord, Le Figaro et d’autres médias la reprennent, sans que l’information de base soit jamais interrogée.

Les sources d’information indépendantes peuvent continuer à ramer, la propagande a de beaux jours devant elle.

 

1302_filiere_bovine_par_deligneLa filière bovine par Deligne. Aucun rapport avec la filière de l’information.