Mots-clefs

, , , ,

Les doigts battent le clavier, succession d’accords rythmés, ornementations dans les aigus. Airs soudanais ou accents plus jazzy. Un néon apporte une lumière blanche à la pièce. Certains vont et viennent autour des multiprises pour recharger leurs portables. Quelques-uns écoutent le musicien. Un groupe fait cercle autour du feu.

D’autres doigts se succèdent sur le clavier du vieil orgue électronique. Certains jouent d’une main plus ferme ou plus hésitante une mélodie du pays, d’autres cherchent, explorent les sonorités de l’instrument. Discussions autour du feu, échange de mots français et de mots arabes.

Dans la grande halle des musiques se succèdent au gré des téléphones portables. Un air entraîne des danseurs. L’atmosphère est bien plus légère que ces derniers jours, on bavarde, les sourires circulent, l’occupation Galou vivra jusqu’à son dernier jour.

Les Égyptiens ont cuisiné du poulet avec des légumes en sauce. Ils convient les personnes à la ronde. Deux groupes se forment autour des casseroles dans lesquelles on mange avec du pain.

Après un long réglage du rétroprojecteur, le film peut commencer, projeté sur un tissu clair qui donne une ondulation à l’image. Un film au style pictural fort, avec peu de dialogues, accessible quelle que soit la langue, Le bon, la brute et le truand de Sergio Leone. On commente, on vient, on va, on fume, comme aux premiers jours du cinéma ambulant.

Dehors, la nuit fraîchit, la lune pleine se découpe dans le bleu noir du ciel.

 

Pentax Digital CameraLa lumière est souvent belle dans le hangar de l’occupation Galou.

Un autre regard sur la beauté improbable des choses avec cette vidéo de Matthieu Quillet :

http://www.dailymotion.com/video/xbs0im_chez-les-afghans-hazaras-a-calais-l_news

Publicités