Mots-clefs

, , , , ,

La plupart des exilés ont bougé sous la pression de la police vers le nouveau bidonville d’État où les autorités veulent qu’ils se concentrent.

Tous ? Non, quelques irréductibles résistent encore et restent là où ils sont. Ils attendent la police, dont ils savent la venue inéluctable. Ils ne veulent pas s’expulser eux-mêmes.

Les Syriens ont une conscience profonde de leur qualité de réfugiés. Ils sont venus demander asile et protection en Europe, on les fait vivre à la rue et on les traque, on voudrait maintenant qu’ils aillent volontairement vivre sur une décharge ! Ils restent et attendent la police. De toute façon ils viennent de la guerre.

À l’occupation Galou (voir ici ou ), on trouve des gens qui sont depuis plusieurs années à Calais (le plus ancien est arrivé en 2009), qui ont vécu plusieurs expulsions, qui savent qu’ils seront à nouveau expulsés plus tard, alors pourquoi bouger d’eux-mêmes vers un lieu d’où ils seront de toute façon chassés.

D’autres ont « fait avec » les conditions de Calais, avec la crasse et la misère, mais pas jusqu’à se faire éjecter de la ville pour vivre sur une décharge. Il y a quand même des limites. En 2013 les Syriens vivaient entassés dans un préfabriqué à l’entrée d’un ancien entrepôt qu’on appelait la « Beer House ». Ils en ont été expulsés en septembre, puis la police s’est mise à les chasser de lieu en lieu. « Même ça on ne nous l’a pas laissé » disaient-ils. Un mois plus tard ils occupaient un des accès du port en protestation (voir ici et ). D’autres pourraient prendre le relais aujourd’hui.

Donc ils restent, quelques-uns de par la ville, conscients de leur vulnérabilité maintenant que la plupart sont partis là où les autorités voulaient qu’ils aillent.

 

Pentax Digital CameraSur le portail de l’occupation Galou.

Publicités