Étiquettes

, , , , , ,

Cet après-midi au bidonville du Fort Nieulay, derrière le supermarché Leaderprice.

Arrivée. Trois cars de CRS sont devant l’entrée du magasin. une file d’exilés attends. Les policiers filtrent les entrées et font entrer les exilés cinq par cinq dans le magasin. La semaine dernière, la direction du magasin avait décidé d’interdire l’entrée du magasin aux exilés, ou par moment de les faire entrer un par un tandis que les autres clients entrent normalement. Pratique discriminatoire totalement illégale. Plutôt que constater cette pratique illégale, la police nationale remplace les vigiles et applique le même genre de mesure pour le compte d’une entreprise privée.

Derrière le supermarché, une entreprise coupe les arbres le long de l’autoroute. Quand il y a des embouteillages, ils rendraient en effet moins visibles les exilés qui tentent de monter dans les camions. Les engins de chantier manœuvrent au milieu du campement et de ses habitants hors de toute règle de sécurité.

Deux des habitants ont été frappés aux jambes par les policiers qui les ont trouvés dans des camions. Il y a eu un gros embouteillage à l’entrée du tunnel cette nuit, les témoignages de violences policières, coups et gazages, sont nombreux. Ce qui confirme que la violence a augmenté depuis la visite du ministre de l’intérieur, suite probablement à de nouvelles consignes et à de nouvelles garanties d’impunité.

Épuisé-e-s par les tentatives de passage de la nuit, des exilé-e-s sont couché-e-s sur le côté du supermarché. Une voiture de police passe pour les faire dégager, sous la supervision du responsable de la sécurité privée du magasin.

Un après-midi ordinaire à Calais.

 

Pentax Digital Camera

Pentax Digital Camera

Pentax Digital CameraLes arbres fraîchement coupés le long de l’autoroute.