Étiquettes

, , , , ,

Un Ethiopien est décédé ce vendredi 26 juin 2015 à Calais, en tentant de grimper sur une des navettes qui passe par le tunnel sous la Manche. Le porte parole du groupe Eurotunnel ne trouve rien d’autre à dire que d’accuser la police de laxisme…

Si cette personne n’est pas identifiée dans les jours qui viennent,elle sera enterrée sous X. Si les associations humanitaires ne se démènent pas pour retrouver ses proches, lever des fonds pour une inhumation digne ou un rapatriement, ce jeune homme restera un mort de l’ombre, un anonyme, comme tant d’autres, en fosse commune ou dans la zone spéciale du cimetière de Coquelles.

Comme cet Ethiopien de 23 ans écrasé sur la rocade portuaire le 1er juin.

Comme ces deux corps de syriens retrouvés cet hiver, l’un sur une plage des Pays Bas, et l’autre sur une plage de Norvège avec des combinaisons de plongée achetées à Calais en octobre.

Comme tant d’autres ces derniers mois et dernières années.

19F2VRIER 006

D’autres ne meurent pas mais se retrouvent anéantis, élan vers une nouvelle vie détruit, si près du but, écrasés, renversés sur l’autoroute par accident ou malveillance : mi avril, un jeune afghan « serré » contre la rambarde par un camion a du être amputé d’une jambe, le 17 juin un autre exilé a été renversé au  niveau de Gravelines, blessé aux deux jambes.

Et puis il y a tous ceux dont la santé se dégrade à grande vitesse, des diabétiques, des asthmatiques, des cardiaques, qui ne peuvent avoir accès aux médicaments nécessaires, et qui meurent chez nous en dehors des vagues médiatiques des drames de la Méditerranée. Des personnes qui ont affronté mille périls pour arriver jusqu’ici, et qui crèvent là de l’égoïsme de nos nations dites civilisées….

Et aussi ceux qui deviennent un peu des zombis, à force de stagner sans droits, ni toit, ni avenir, et qu’on peut croiser dans les rues de Calais sans savoir quoi faire pour eux.

Illegal immigrants from Iran, Iraq, Afghanistan and Somalia