Étiquettes

, , ,

Les ministres de l’intérieur français et britannique, Bernard Cazeneuve et Theresa May, se sont rencontrés le 2 juillet.

Sort de cette rencontre un communiqué en trois points, associant migration et terrorisme dans un amalgame courant de la part de l’extrême-droite, mais qui est devenu commun de la part des gouvernements pour justifier la guerre faite à cet ennemi qu’ils inventent, le « migrant ». Ce n’est pas contre les effets de la crise qu’il faut protéger les populations, mais contre les gens venus d’ailleurs, et il est hautement significatif que les difficultés rencontrées par les entreprises calaisiennes comme My Ferry Link et les mouvements sociaux qu’elles provoquent ne soient évoquées que comme un obstacle au trafic ferroviaire et maritime (« A ce titre, les deux Ministres ont souligné l’importance d’une reprise rapide du trafic ferroviaire et maritime, indispensable au développement économique des deux côtés de la Manche »).

Les deux autres points sont répressifs : la continuation des aménagements autour du port et le long des voies d’accès, notamment les clôtures, pour rendre le passage plus difficile. Mais aucune solution n’est envisagée pour les personnes bloquées à Calais. Et la lutte contre les « passeurs », alors que ceux-ci n’existent qu’en raison de la fermeture de la frontière et de la raréfaction des possibilités de la franchir légalement.

Le communiqué annonce que « trois décisions importantes ont été prises » : dans les faits, cette rencontre inter-ministérielle est un non-événement, puisque que la seule décision prise a été de continuer à faire la même chose, quels que soient les problèmes que cela engendre.

Le communiqué peut être lu ici :

http://www.interieur.gouv.fr/Actualites/Communiques/Rencontre-avec-Mme-Theresa-MAY-Ministre-de-l-Interieur-du-Royaume-Uni