Étiquettes

, ,

« Nous les Soudanais, quand la police nous arrête, on est mis 5 jours en prison. Ils nous envoient en prison près de Paris ou près de l’Allemagne. Si tu es Soudanais, c’est ce qui t’arrive. »

Un témoignage parmi ceux qu’on peut recueillir de la pratique de ciblage des autorités par nationalité. Les Soudanais, depuis plusieurs mois, sont donc placés en rétention avec une décision d’expulsion vers le Soudan. Ils sont transférés vers des centres de rétention loin de Calais, notamment en région parisienne. Parfois la préfète du Pas-de-Calais ne prolonge pas la rétention au-delà de 5 jours, ce qui évite le contrôle du juge des libertés et de la détention, parfois les personnes sont libérées par le juge.

Les Érythréens, par contre, ont eu droit à une opération promotionnelle de l’OFPRA (Office Français pour la Protection des Réfugiés et Apatrides, qui statue sur les demandes d’asile en première instance, et qui est rattaché au ministère de l’intérieur), venu à Calais et dans d’autres campements pour leur accorder l’asile en deux jours, avec hébergement à la clé. Mais seulement pendant la période des soldes, parce que pour les Érythréens qui sont arrivés le lendemain de cette opération promotionnelle, c’était la procédure normale, plusieurs mois, dont les premiers à la rue faute d’hébergement.

Il semble que pour les Afghans ce soit plutôt le renvoi en Italie, mais il y a aussi des tentatives d’expulsion vers l’Afghanistan.

À la tête du client ou à sa nationalité.

Tout simplement inique.

 

statistiques-loterie-nationale