Étiquettes

, , ,

Le système d’accueil des demandeur-se-s d’asile en Allemagne était dans l’ensemble très rigide, reposant sur une obligation de résidence dans des foyers souvent situés à l’écart des villes ou dans des banlieues lointaines, tournant le dos à une politique d’intégration.

Sous l’effet des luttes des réfugié-e-s et demandeur-se-s d’asile, le système s’est assoupli, et l’obligation de résidence a disparu.

Des citoyens poussent l’hospitalité plus loin. « Refugees welcome » est une initiative grâce à laquelle des personnes qui ont une chambre disponible dans leur maison ou appartement accueillent un-e réfugié-e et partagent leur logement. Ce qui va bien entendu dans le sens d’une intégration meilleure et plus rapide, puisque la personne accueillie se trouve dans un réseau de liens, peut apprendre la langue, découvrir la vie quotidienne en Allemagne. Il s’agit ouvertement de créer une alternative aux hébergements en foyers, à l’écart de la société.

http://www.refugees-welcome.net/

La France suit le chemin inverse de l’Allemagne avec la réforme de l’asile. Elle établit l’obligation de résidence là où l’Allemagne vient de la supprimer, sous peine de perdre non seulement le droit à l’hébergement mais aussi l’allocation mensuelle. Les nouveaux hébergements pour demandeur-se-s d’asile sont de plus en plus souvent à l’écart des villes. Il s’agit ouvertement d’isoler pour mieux expulser en cas de réponse négative, et d’éviter que des solidarités ne se créent.

http://www.acatfrance.fr/communique-de-presse/la-loi-de-reforme-de-lasile-promulguee-pour-le-meilleur-et-surtout-pour-le-pire

 

logo-fluechtlinge-willkommen