Étiquettes

, , , ,

Le risque de « l’appel d’air » est l’argument utilisé par les autorités pour justifier les conditions indignes dans lesquelles sont mis-e-s les exilé-e-s. Ces conditions indignes rendent visible la « misère du monde » dont nos dirigeants prétendent nous protéger. Et relèguent au second plan les situations de pauvreté et d’exclusion qui se développement dans la société française, dont nos dirigeants prétendent nous protéger alors que leur politiques les créent. La politique comme jeu de masques.

Au contraire, nous pensons que l’apport des femmes et des hommes venu-e-s d’ailleurs est un facteur de dynamisme pour la société d’accueil, et que l’échange qu’il crée avec la société d’origine est bénéfique pour elles deux.

Nous voulons vivre dans une société ouverte à l’échange avec l’autre et accueillante, loin des barrières, de la peur et de la violence qu’on nous impose.

Alors, pour un accueil digne, pour des politiques d’hospitalités, pour l’ouverture des frontières : vive l’appel d’air !