Étiquettes

Samedi 12 septembre, 6ième manifestation des habitants du bidonville vers le centre ville et la mairie.

Réclamant de pouvoir passer en Grande Bretagne, un logement décent, être traités comme des êtres humains et non des parias, les personnes mobilisées ne veulent plus être parquées, cachées loin de la ville. Ils et elles veulent être visibles et qu’on les écoute.

Mais madame le maire, elle, ne veut plus qu’on s’approche de la mairie. Elle a donc fait installer des centaines de mètres de barrières autour des jardins , rendant inaccessible la place de la mairie. Seuls les marié-es du jour et leurs invités pouvaient franchir les grilles gardées par des cerbères embauchés spécialement. Une compagnie complète de CRS avait reçu l’ordre de ne pas laisser les manifestants s’approcher du bâtiment municipal.

manif bloquée 12 sept Le cortège a donc été bloqué et s’est transformé en sit-in sur la route, puis est allé plus loin en centre ville, pacifiquement.

En leur déniant le droit à la visibilité et à l’expression, en barricadant sa mairie, avec ses déclarations alarmistes sur la sécurité des calaisiens  soit disant mise en danger par les manifestants, Bouchart contribue à diviser la population, à répandre une certaine peur alimentée par les extrémistes racistes.

En accusant les militants No Border de manipuler les réfugiés, elle dénie une fois de plus l’humanité, la capacité de s’organiser, la volonté d’être entendu et de réclamer leurs droits d’êtres humains, la détermination, de ces personnes qui ont traversé tant de danger et de misère pour arriver jusqu’ici.

Alors que des milliers d’Européens manifestent pour un meilleur accueil des réfugiés, à Calais, la mairie leur dit cachez-vous, on ne veut plus vous voir….

http://www.ouest-france.fr/refugies-30-000-manifestants-copenhague-reclament-leur-accueil-3682380