Étiquettes

, , , , , , ,

Un militant passe en procès aujourd’hui, accusé d’avoir fomenté des émeutes et d’y avoir participé, et désigné comme responsable des tensions qui ont eu lieu autour de la rocade d’accès au port et du bidonville de Calais à la fin du mois.

Un discours des autorités qui véhicule comme des évidences des représentations questionnables. Les exilé-e-s ne sont pas sujets de leur vie, capables de s’organiser, et parfois de se révolter. Ils et elles sont des victimes, objets de discours compassionnels. Incapables de gouverner leur vie, ils et elles sont l’objet de manipulations, dont l’État, grand frère au sens orwellien, les protège.

Quel soutien à des personnes sujettes de leur histoire, c’est une des questions abordée par chacun des deux militants qui ont répondu à nos questions :

http://audioblog.arteradio.com/post/3067997/proces___regard_de_deux_militants/

No Border n’est pas un mouvement formel ni hiérarchisé. Des personnes très différentes se reconnaissent dans ce nom. Calais Migrant Solidarity est le réseau de travail qui s’est créé autour de Calais. Il tient un blog :

https://calaismigrantsolidarity.wordpress.com/

La revue du Gisti, Plein Droits, a publié un article écrit par des militants sur l’histoire du mouvement à Calais :

http://www.gisti.org/spip.php?article5091

 

No Border Camp Calais 2009