Étiquettes

, , , ,

Printemps 2015. Sur les côté et derrière le super marché Leader Price de l’avenue Salengro, des exilé-e-s, assis-e-s ou couché-e-s, hommes femmes et enfants, le long du mur. Certain-e-s dorment, tous et toutes se reposent de l’effort du passage À trois cents mètres de là, une longue file de camions sur l’autoroute, à l’arrêt. C’est jour d’embouteillage (voir ici et ). Un fourgon de CRS arrive lentement et fait le tour du bâtiment, portière latérale ouverte. Un policier tient une bombe lacrymogène à la main et asperge lentement les personnes adossées au mur, tout du long.

« Ils font ça comme si c’était des insectes » commente un bénévole. Ces faits se sont répétés au fil des mois, avant et après la destruction du campement qui se trouvait à une centaine de mètres de là, jusqu’à ce que les exilé-e-s soient moins nombreux-ses à se reposer là.

Technique pour faire descendre les exilé-e-s d’un camion. Ouvrir la porte de la remorque, asperger copieusement de gaz lacrymogène. Refermer la porte. Laisser cinq bonnes minutes le gaz agir. Rouvrir la porte.

Témoignage recueilli de multiples fois par des bénévoles. Des exilé-e-s arrêté-e-s lors d’une tentative de passage sont aligné-e-s, et gazé-e-s de haut en bas à la bombe lacrymogène, à bout portant, avant d’être relâché-e-s.

Automne 2015. Vers 17h, derrière le supermarché Leader Price, les exilé-e-s sont nombreux-ses à essayer de traverser l’autoroute pour aller vers le périmètre du Tunnel sous la Manche. La police est au bord de l’autoroute et gaze copieusement. Vers 20h, quelques voitures de police passent encore sur l’autoroute, et l’hélicoptère, avec son projecteur, est allé un peu plus loin. Il n’y a plus guère d’exilés derrière de Leader Price. Mais l’odeur des gaz est encore présente. Plus loin, dans l’un des méandres de la bretelle d’accès au Tunnel, des ombres derrière la rambarde d’un pont, semblant attendre. Un autre groupe d’ombres s’approche. De courts traits blancs partent du deuxième groupe : les lancers de gaz lacrymogènes, le premier groupe d’ombres reflue et traverse l’autoroute en désordre.

Le 24 juillet 2015 une jeune femme de 23 ans, érythréenne, meurt renversée par une voiture sur l’autoroute. Selon plusieurs témoins elle aurait été gazée juste avant et était aveuglée par les gaz.

De manière de plus en plus fréquente, le bidonville de Calais est bombardé par la police, du haut de la rocade d’accès au port, à la grenade lacrymogène. Une pétition vient d’être lancée.

https://www.change.org/p/bernard-cazeneuve-stop-throwing-cs-gas-into-calais-jungle

L’usage des gaz est quotidien, pour repousser, éloigner, faire sortir des camions, punir, humilier, décourager, rendre provisoirement inapte à la tentative de passage, meurtrir. L’analogie avec la bombe d’insecticide vient rencontrer les discours de politiciens, comme le premier ministre David Cameron et d’autres, qui filent la métaphore des migrants comme des insectes, des essaims, un grouillement. L’analogie avec la guerre, quand la police bombarde au lance-grenade le bidonville en contrebas, un jeu de guerre comme un paintball avec de la fumée, sauf que les gens en bas, eux, ne jouent pas, qu’ils ont connu la guerre et les fumées aux odeurs acres. Et puis l’analogie du gaz, quand les commentaires sur les réseaux sociaux, que le procureur de Boulogne/Mer s’obstine à ne pas poursuivre, s’étalent sur les camps de concentration qu’on n’aurait pas dû fermer et les chambres à gaz qu’il faudrait rouvrir. Gaz réels qui attaquent les corps, analogies qui interrogent l’esprit : à quoi rêvent les ministres de l’intérieur qui ordonnent de pareilles choses ?

Deux vidéos parmi d’autres qui témoignent du quotidien :

https://vimeo.com/117861724

https://www.youtube.com/watch?v=Bauf_Tobzfo

Ces images supposent des témoins, que les autorités s’efforcent de tenir à distance et de dissuader à leur tour d’être présents, sujet que nous avons déjà abordé ici (voir ici et ).

 

gazagePhoto :  Calais Migrant Solidarity

Advertisements