Étiquettes

, , ,

Lancé par 800 personnalités, l’Appel de Calais est devenu une pétition qui va sur les 50 000 signatures. C’est aussi une présence à Calais des initiateurs et initiatrices de l’Appel. Au fil des rencontres, un constat : dans un contexte de violations multiples des droits, l’information sur leurs droits des sept mille habitant-e-s du bidonville et l’accompagnement pour les faire valoir sont très déficitaires.

D’où un lieu, dans le bidonville, dont la construction s’est achevée le 18 décembre pour la journée mondial des migrant-e-s, et un projet de centre d’accueil et d’information juridique, pour lequel l’Appel de Calais fait un appel à soutien.

 

« Participez à l’ouverture d’un centre d’accueil et d’information juridique dans le bidonville de Calais !

Le lien vers la cagnotte

Dons pour l’ouverture d’un centre d’accueil et d’information juridique dans le bidonville de Calais

Depuis deux mois, avec certains signataires de « l’Appel des 800 », nous nous relayons dans le bidonville de Calais pour témoigner jour après jour des conditions catastrophiques de ce camp de la honte. Certains de ces témoignages sont déjà visibles sur la page Facebook de l’Appel et dans les médias partenaires (Libération, Télérama, France Inter, Mediapart, Elle…).

Nous avons tous été frappés par l’absence totale de moyens mis en place par le gouvernement au sein du bidonville pour informer les migrants quant à leurs droits et aux possibilités d’accueil en France, en Angleterre, en Europe et ailleurs… Particulièrement en regard des moyens déployés pour l’État pour les empêcher de poursuivre leur route : CRS, canons à eau, matraques, gaz lacrymogène, barbelés…

Aussi, nous avons pensé qu’il était essentiel qu’un « Centre d’accueil et d’information juridique » soit ouvert sur le camp. Pour que ces hommes, ces femmes et ces enfants qui, après avoir fui des pays en guerre, des dictatures, et qui arrivent épuisés dans cette étape cauchemardesque que représente le bidonville de Calais dans leur exil, puissent être décemment accueillis et informés de leurs droits. Et qu’ils puissent prendre le temps de réfléchir et décider librement de la suite de leur chemin, c’est à dire de leur vie.

Nos amis de « Charpentiers sans Frontières » nous ont offerts gracieusement et avec enthousiasme la construction de la cabane (cf photos). La pièce principale (40m2) servira à l’accueil et à l’information générale, la deuxième (10m2) sera réservée aux entretiens confidentiels.

Pour que ce centre puisse fonctionner de début janvier à fin mars (nous ferons un point après ces trois premiers mois), nous avons besoin de trouver au minimum la somme de 16.000 euros.

Cette somme permettra d’engager une juriste spécialisée dans le droit d’asile. Elle assurera elle-même un suivi juridique des dossiers et coordonnera la venue de juristes et d’avocats bénévoles, de manière à organiser une permanence dans le bidonville à partir du 4 janvier.

Cette somme permettra également de prendre en charge les frais de transports, hébergements, etc… de la coordinatrice comme des juristes et avocats bénévoles (qui viendront, pour certains, de l’autre côté de la France).

Ces 16000 euros sont un minimum, car les besoins en aide juridique à Calais (6000 personnes) et à Grande-Synthe (3000 personnes), pour ne parler que des deux plus gros camps de la région, sont immenses.

Les sommes qui seront perçues en plus permettront d’offrir une aide supplémentaire, soit en engageant une deuxième juriste, soit en mobilisant des avocats spécialisés pour suivre certains dossiers de demande d’asile de A à Z.

Ce projet nous tient particulièrement à coeur. Il suffit de passer quelques heures dans le bidonville de Calais pour n’avoir plus qu’une seule idée en tête : qu’est-ce que je peux faire pour aider concrètement ces gens à sortir de là !?

Cette cabane est à ce jour la meilleure réponse que nous ayons trouvé.

C’est pourquoi nous avons décidé de vous solliciter pour nous aider à réunir cette somme.

Votre nom sera inscrit sur un des murs de la cabane, comme marque de votre engagement.

Merci.

Bonnes fêtes de fin d’année à toutes et à tous !

Adresse postale :

Collectif des cinéastes pour les « sans-papiers »

14 Rue Alexandre Parodi

Paris 75010

France »

 

Maison appel 800 légerLa maison de l’Appel de Calais dans le bidonville. Photo : Appel de Calais.