Étiquettes

, ,

Il est rare qu’on donne la parole aux principaux acteurs, les exilé-e-s, concernant les politiques migratoires. C’est ce que fera l’Université de Paris 8 en accueillant cette Conférence des réfugié-e-s :

Mercredi 10 février de 13h30 à 18h

Université de Paris 8, bâtiment D, salle D 001, 2 rue de la Liberté à Saint-Denis

Métro ligne 13 – Saint Denis Université

Vous pouvez télécharger le programme ici.

https://www.univ-paris8.fr/Conference-des-refugies-3670

Ajouté le 3 avril 2016 : la conférence a été filmée, et vous pouvez la visionner ici :

https://vimeo.com/160596033

 

« Présentation :

La crise migratoire que l’Europe connaît depuis quelques années s’est considérablement amplifiée en 2015. On estime qu’un million de migrants sont entrés en Europe par voie maritime ou terrestre, alors que plus de 3 millions de personnes fuyant les guerres et les persécutions survivent dans des camps de réfugiés au Liban, en Turquie et en Tunisie et que 8 à 10 millions d’Irakiens et de Syriens sont encore sur la route de l’exil. Plus de 2500 migrants sont morts en traversant la Méditerranée et 1 million ont perdu la vie en traversant le Sahara. En France, la réponse politique est loin d’être à la hauteur de cette situation. Début septembre, François Hollande a indiqué que le gouvernement était prêt à accueillir 24.000 demandeurs d’asile – un chiffre dérisoire quand on constate l’ampleur des besoins et la gravité de la crise humanitaire. À Paris, les migrants regroupés dans le quartier de La Chapelle n’ont cessé d’être expulsés de lieu en lieu depuis le début du mois de juin ; à Calais, en prétextant la volonté de ne pas susciter d’« appel d’air », on laisse les migrants vivre dans des conditions sanitaires indignes. Les procédures de demande d’asile, elles, sont marquées par de très longs délais d’attente et par une forte opacité qui en rend le résultat largement imprédictible et souvent contestable.

La Conférence des réfugiés a pour but de créer un cadre où des migrants – auxquels la parole est trop rarement accordée dans les médias traditionnels – puissent exposer par eux-mêmes la situation géopolitique de leur pays d’origine, les raisons de leur départ ou les conditions de leur arrivée en Europe, mais aussi leur analyse critique de la situation, affinée par le cursus universitaire qu’ils ont suivi dans leur pays d’origine. Les intervenants qui s’y exprimeront ont quitté l’Afghanistan en guerre, la Syrie dévastée, la dictature d’Omar el-Béchir au Soudan. Multiplier les rencontres de ce type est aujourd’hui décisif, quand l’opinion publique tend à s’en tenir aux images médiatiques simplistes et aux fantasmes misérabilistes ou xénophobes, sans se faire d’idée précise des trajectoires que les réfugiés ont pu connaître, ni des causes de leur exil. On parle d’eux partout, mais on leur donne peu la parole – et le combat se joue aussi dans l’inversion de cet état de faits.

Face aux nombreuses difficultés que les réfugiés rencontrent, des soutiens et des associations se mobilisent pour leur fournir une aide matérielle et un accompagnement juridique. Plusieurs programmes d’accueil de réfugiés-étudiants ont été mis en place dans des établissements d’enseignement, en particulier pour l’apprentissage intensif du français. L’après-midi sera aussi l’occasion de faire connaissance avec ces acteurs de la cause des réfugiés, afin que chacun découvre les moyens de la mobilisation, puisse rejoindre une initiative en cours ou en inventer de nouvelles. »

 

les_refugies_affiche