Étiquettes

, , , ,

(Petition in English bellow)

À partir du mois de mars 2015, les autorités ont chassé les exilé-e-s des différents lieux où ils et elles s’étaient installé-e-s à Calais et aux environs, vers un terrain inhospitalier à l’écart de la ville, où ces personnes étaient sensé-e-s être « tolérées », selon le terme utilisé par ces mêmes autorités.

Aujourd’hui la destruction du bidonville qui s’est construit là a commencé. La préfète du Pas-de-Calais annonce qu’elle va se poursuivre (voir ici, ici et ).

Aucune perspective autre qu’encore plus de précarité n’est offerte aux habitant-e-s. Une pétition est donc ouverte, en français et en anglais, non pour défendre le bidonville en tant que tel, il ne devrait pas exister, mais pour s’opposer à la destruction sans solution adaptée.

 

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Premier_Ministre_Valls_Ministre_de_lInterieur_Cazeneuve_Prefete_Buccio_Arretez_la_destruction_de_la_Jungle_de_Calais

« Premier Ministre Valls, Ministre de l’Interieur Cazeneuve, Préfète Buccio: Arrêtez la destruction de la Jungle de Calais!

Pourquoi c’est important
Malgré ses conditions de vie extrêmement difficiles, la Jungle de Calais est le seul lieu de vie de 5000 réfugiés. La détruire est non seulement un acte inhumain et cruel envers des hommes, des femmes et enfants qui ont déjà tout perdu dans leurs pays en guerre, mais c’est aussi illégal, selon l’article 8 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme, qui protège les droits fondamentaux de chaque personne à un domicile et une vie privée et familiale. Pourtant, il y a 2 semaines, sur ordre de l’état, une bande de 100 m a déjà été rasée sur le périmètre de la jungle, des centaines de maisonnettes ont été détruites, plus de 1 300 personnes ont dues être relogées, et ceci avant même qu’un avis d’éviction ait été publié. Pire, les bulldozers ont repris leur marche ce 1er Février sans que personne n’en soit prévenu à l’avance, avec la destruction d’une église et d’une mosquée de la jungle, alors même que les autorités avaient promis de laisser les lieux de culte intacts. Une telle destruction est aussi illégale selon l’article 9 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme, qui stipule le droit de chacun à exercer la religion de son choix.

Assez !

La Jungle de Calais  comprend aujourd’hui plus de 2 000 maisonnettes, 2 écoles, un centre
pour les femmes, un autre pour les jeunes, une bibliothèque, de nombreux lieux de rencontre, et plusieurs lieux de culte dont une grande église chrétienne.
Nous, citoyens européens unis avec les réfugiés du monde, demandons au gouvernement français d’arrêter la destruction de ces lieux de vie. Les réfugiés ont été obligés de les construire eux-mêmes sur ce terrain vague sur lequel l’état leur avait demandé de s’installer en Avril 2015, mais sans y aménager quoi que ce soit pour qu’ils y vivent.
Ces lieux de vie ont été bâtis avec ingéniosité et courage et les contributions de nombreux donateurs européens et d’ailleurs. Nous ne pouvons accepter cette destruction avant qu’une véritable solution d’accueil soit mise en place pour TOUS les réfugiés qui vivent dans la jungle. Cette solution doit permettre à chaque réfugié de demander l’asile dans le pays de son choix et doit traiter sa demande avec attention et efficacité, afin qu’il puisse rapidement devenir le
citoyen productif qu’il souhaite devenir et ainsi contribuer ses compétences à la société.

Tous les réfugiés doivent être accueillis dignement !
Si vous êtes d’accord, signez cette pétition et partagez autour de vous au maximum. Un grand merci à tous et à chacun. »

 

https://secure.avaaz.org/en/petition/Prime_Minister_Valls_Minister_of_Interior_Cazeneuve_Prefect_Buccio_Stop_the_Destruction_of_the_Jungle_of_Calais

« Prime Minister Valls, Minister of Interior Cazeneuve, Prefect Buccio: Stop the Destruction of the Jungle of Calais

Why this is important

However difficult the living conditions are in it, the “Jungle” of Calais is home for 5000 refugees, the only home they have. Destroying it is not only inhumane and cruel toward people who have already lost everything in their own countries, but it is also illegal, according to Article 8 of the European Convention on Human Rights, which protects the fundamental rights of every person to a home, and a private and family life. However, in January 2016, the French government already leveled a 100m band around the perimeter of the jungle, bulldozing mercilessly hundreds of homes. Over 1300 people had to be relocated, before an eviction notice was even put up. Moreover, on Feb 1, a church and a mosque were also destroyed with no advance notice whatsoever, and this after the government had promised to leave the places of worship intact. According to article 9 of the European Convention on Human Rights, which protects people’s right to worship, no such place can be destroyed.

Enough is enough!

The Jungle of Calais is comprised of more than 2000 homes, 2 schools, a women’s center, a youth center, a library, numerous meeting areas and several places of worship, including a large Christian church. We, European citizens united with all refugees demand that the French government stop the further destruction of this jungle. The refugees had no choice but to build these living places themselves since the French government forced them, in April 2015, to move to this barren piece of land with no amenities whatsoever. They did this with much hard work and resourcefulness and with the contributions of donors from many countries. We cannot accept the destruction of thousands of homes until a truly welcoming solution is found for ALL refugees living there, one which will allow them to ask for asylum in the country of their choice and will treat their request with both care and effectiveness so they can rapidly become productive citizens and contribute their many skills to our society.

Refugees of a war-torn world deserve a decent welcome!

If you agree, please sign this petition and share widely. »

 

No-mans-land 2 légerLe « no-mans-land », selon leur propre terme, créé par les autorités en détruisant le pourtour du bidonville.