Étiquettes

, , , , ,

Lundi 29 février. La police bloque l’accès au secteur du bidonville qui va être détruit. Les médias sont à l’extérieur. Ils voient les destructions de loin, et ils ont accès à la parole officielle sur ce qui se passe à l’intérieur.

Or ce qui se passe à l’intérieur est très différent de ce qu’en disent les officiels. C’est grâce aux témoins qui sont à l’intérieur que l’on a accès à des images et des descriptions de la réalité, et qu’on peut mesurer le décalage entre celle-ci et le discours des représentants de l’État.

L’association Polyvalence s’est d’abord impliquée dans le soutien humanitaire, organiser des points de collecte en région parisienne, relier des initiatives et mutualiser des moyens pour organiser des convois venant de Paris et d’ailleurs en France, collecter des dons aussi.

Mais polyvalence est aussi une association qui travaille à diffuser la parole des gens, ceux qu’on entend peu, et voulait aussi venir à Calais pour ça.

Et c’est un hasard de date, qui a transformé ce travail. Ils arrivent au moment où la destruction du bidonville commence, et s’organisent pour faire un compte-rendu en ligne de ce qu’ils voient, réactualisé plusieurs fois par jour, un quasi-direct de ce qui se passe sur le terrain. Polyvalence est devenue une source importante pour suivre la situation et son évolution.

Manu nous parle de leur démarche :

http://audioblog.arteradio.com/post/3069831/temoins_-_polyvalence/

Pour connaître l’association et suivre la situation, son site :

http://assopolyvalence.org/

et sa page facebook :

https://www.facebook.com/assopolyvalence

Polyvalence