Mots-clefs

, , ,

L’association Polyvalence s’est d’abord impliquée dans la collecte d’aide humanitaire, mais prévoyait de venir à Calais pour recueillir des paroles d’exilé-e-s et autour de leur situation. Et puis ce fut la destruction de la partie sud du bidonville, et la nécessité de témoigner du moment.

Les destructeurs faisant une pause le week-end, quelques paroles d’exilés ont pu être recueillies, audio ou vidéo, transcrite en anglais, la langue de l’entretien, et traduites en français.

Ont peut trouver ces témoignages ici :

http://assopolyvalence.org/category/calais/temoignages-calais/

Témoigner est aussi une des missions que s’est donné l’Appel de Calais, et la vidéo en a été l’un des outils.

Certains de ces cours films donnent la parole à des exilé-e-s, comme :

Philomena

https://www.facebook.com/appeldecalais/videos/1031784706883558/

ou Ahmed

https://www.facebook.com/appeldecalais/videos/1048268301901865/

D’autres capturent un instant, comme Fraternité :

https://www.facebook.com/appeldecalais/videos/993653154030047/

D’autres se passent de mots, comme Même le silence a une fin, réalisé au début de la présence de l’Appel de Calais :

https://www.facebook.com/appeldecalais/videos/1029346567127372/

ou les deux parties de Le gai savoir, tourné avant et pendant les destructions :

https://www.facebook.com/appeldecalais/videos/1060601914001837/

https://www.facebook.com/appeldecalais/videos/1063029027092459/

Les vidéos de l’Appel de Calais sont accessibles ici :

https://www.facebook.com/appeldecalais/videos

 

BDCalais3D’autres signataires de l’Appel de Calais témoignent par la bande dessinée, comme Lisa Mandel et Yasmine Bouagga, qui tiennent depuis le 20 février une chronique qu’on peut retrouver sur : http://lisamandel.blog.lemonde.fr/

Publicités