Étiquettes

, , ,

Deux ans d’implication par rapport à Calais, six mois de recherche et d’observation nourries de venues sur le terrain, et un rendu sous la forme du magazine municipal que nous aimerions lire, parce qu’ouvrant l’avenir en s’appuyant sur ce que la situation peut avoir de créateur. Une invitation à repenser Calais enrichie par ce que la solidarité a réalisé dans et à partir du bidonville.

Des membres du PEROU (voir ici et , et son site : http://www.perou-paris.org/) sont venu-e-s ce samedi pour donner de la main à la main ce magazine aux Calaisien-ne-s. La distribution sera continuée par des bénévoles calaisien-ne-s.

Sébastien Thiéry présente ici la démarche entamée par le PEROU à Calais et ses perspectives :

http://audioblog.arteradio.com/post/3070473/reinventer_calais_-_le_perou/

Le mieux est de s’immerger dans la lecture de cette invitation à Réinventer Calais en téléchargeant le magazine ici :

http://www.perou-paris.org/pdf/Actions/AutreJournalCalais_PEROU_HD.pdf

À partir du 12 avril, il sera possible de suivre la suite du projet sur le site Réinventer Calais :

www.reinventercalais.org

Et pour finir, le communiqué publié par le PEROU, que vous pouvez télécharger ici.

 

« RÉINVENTER CALAIS

 

APPEL À IDÉES – COMMUNIQUÉ DE PRESSE

DU 8 AVRIL 2016. Constitué de chercheurs, sociologues, architectes, designers, urbanistes, artistes, le PEROU développe depuis 4 ans des recherches dans de multiples hors-champ de la ville : bidonvilles, camps, refuges en tout genre, etc. Ces recherches visent à explorer autrement ces situations de crise, et à tracer la perspective d’autres politiques publiques que celles qui prévalent : expulsions destructions, violences protéiformes contribuant de facto à la reproduction, et donc à la pérennisation, du bidonville.

À l’interface entre bidonville et ville à Calais, le PEROU a mobilisé huit groupes de recherche issus notamment d’écoles nationales (École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille, École des Mines, Institut de Géographie Alpine de Grenoble, Sciences Po Paris, etc. ), ainsi qu’un certain nombre d’artistes et de photographes. Financé par le PUCA, organisme interministériel qui soutient des travaux de recherche sur la ville, la Fondation de France et le Ministère de la Culture, ce travail a consisté à documenter ce qui s’invente et s’affirme à Calais : un extraordinaire mouvement de solidarité européenne ; des actes, gestes et paroles d’habitants bien moins xénophobes que ce que nombre de médias en témoignent ; des migrants bâtisseurs de « lieux de vie » comme l’a relevé, dans son ordonnance du 25 février 2016, le Tribunal administratif de Lille. Sur cette base documentaire, nous avons imaginé ce que pourrait être une politique publique autrement attentive à la dite « crise de migrants » comme à ce qui autour d’une telle situation critique s’invente de promesses de son dépassement. Ainsi avons-nous imaginé une politique publique s’employant à construire l’hospitalité dans le prolongement de ce qui s’est inventé depuis un an à Calais, au plus grand bénéfice des migrants comme de la ville entière. En résulte « Réinventer Calais », appel à idées qu’à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine de Paris le 12 avril, à la Biennale d’Architecture de Venise le 28 mai, et à l’exposition « constellation.s » à Bordeaux le 3 juin, nous nous emploierons à faire entendre et vivre. L’enjeu est de réunir des réponses d’étudiants et professionnels de la fabrique de la ville, et de déposer ces réponses sur le bureau des acteurs publics à l’automne prochain tel un état des lieux des possibles, d’autres possibles.

Ce pour que collectivement nous sachions nous outiller autrement, puisque des « jungles » ne manqueront pas de se multiplier eu égard aux troubles politiques, économiques, écologiques que connaît notre planète. Ce processus d’appel débute le 9 avril par la distribution aux Calaisiennes et Calaisiens, que nous avons abondamment rencontrés depuis 6 mois, d’un « Autre journal d’informations de la ville de Calais ». Reprenant le format du « Calais Mag » officiel, cette création, conçue en collaboration avec le laboratoire de design agrafmobile, rend public un certain nombres d’éléments de la recherche pluridisciplinaire conduite par le PEROU.

Il comprend en outre « L’édito que la Maire de Calais n’a pas écrit », ainsi que la transcription de la

rencontre qui n’a pas eu lieu entre les habitants de la Ville et François Hollande, Xavier Bertrand et Natacha Bouchart. Dans ces textes sont explicitées les raisons de la mise en œuvre d’une politique constructive enfin, en vue de faire de Calais la capitale européenne de l’hospitalité. Sont enfin présentés dans cette publication les 9 sujets de l’appel à idées « Réinventer Calais », ainsi que leur chiffrage réalisé par un programmiste et économiste rompu à de tels grands projets.

Cette fiction repose sur un préalable, annoncé dans « L’édito que la Maire de Calais n’a pas écrit » : l’abandon de la mise en œuvre d’Heroïc Land, parc d’attraction programmé aujourd’hui en guise de mesure compensatoire de la crise des migrants. Ainsi imaginons-nous que les 275 millions d’euros aujourd’hui rassemblés pour un tel projet soient mobilisés pour « construire avec les migrants ».

Du chiffrage précis de « Réinventer Calais » résulte que 28% de cette somme suffirait à accompagner la création d’une « Cité éphémère du 21 e siècle » à Calais, et le développement pour la ville d’équipements d’envergure comme d’une image enfin rénovée.

PEROU – Pôle d’exploration des Ressources Urbaines – www.perou-paris.Org

contact@perou-paris.Org

site de l’appel à idées : www.reinventercalais.org (accessible, et évolutif, à partir du 12 avril 2016) »

 

Réinventer Calais p4Réinventer Calais, page 4 du magazine.