Étiquettes

, , ,

Il y a des moments où la communication médiatique des autorités met la puce à l’oreille. Il y a tout d’un coup quelque chose qui se met à mousser, sans raison apparente, et comme ce n’est pas très cohérent on se demande ce que ça cache.

Depuis six mois, des exilé-e-s essayent de monter dans des camions pour passer au Royaume-uni en les ralentissant ou en les bloquant sur la rocade d’accès au port, ce en mettant des obstacles sur la chaussée. Ce moyen dangereux s’est développé lorsque d’autres possibilités de passage gratuit, sans payer de passeur, sont devenues très difficiles du fait des nouvelles barrières et des renforts de police, notamment sur le site du Tunnel sous la Manche.

Depuis six mois, mais juste là ces derniers jours c’est devenu un problème urgent. »On ne peut plus continuer à perdre du chiffre d’affaires à cause des migrants ! » déclare le président du port de Calais, tandis que le sous-préfet affirme que »sécurisation de la rocade est absolument vitale pour l’économie calaisienne et portuaire« .

Traduction pratique : 300 m de grillages supplémentaires le long de la rocade, début des travaux avant fin mai, fin prévue avant l’été, donc deux mois pour poser ces 300 m de grillages pour faire face à une situation urgente. Trois cents mètres, c’est à-peu-près la longueur de la partie sud du bidonville, détruite il y a un mois. Les grillages existants arrivent du port jusqu’à la rue des Garennes, si on les prolonge de 300 m on arrive en gros au pont de la route de Gravelines (voir ici sur le plan : https://goo.gl/maps/5avntCqhthw ). Et à ce niveau là de la rocade, toute la végétation a été rasée, il y a des policiers en permanence, il est quasiment impossible d’approcher de la route sans être vu, ce n’est pas là que se font les tentatives de passage.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/nord-pas-de-calais/migrants-calais-300-m-de-clotures-supplementaires-installees-d-ici-l-ete-985282.html

Donc cette annonce ne rime à rien sinon à détourner le regard. Il est question aussi d’un mur, on ne sait pas sur combien de kilomètres, le long de la rocade, peut-être de l’autoroute A 16.

Sachant que quelque soit la longueur des grilles ou du mur, cela ne fera que déplacer un peu plus loin les tentatives de passage.

Mais qu’à force de prolonger les grilles et les murs le long des rocades on finira par encercler Calais (voir le plan ici : https://goo.gl/maps/UYmhdPAzxfC2 ), et la population commence à fatiguer de vivre dans un paysage carcéral – sans parler de l’impact sur l’attractivité touristique du territoire. Alors la petite musique sur les dangers que les « migrants » font courir à l’emploi, quelques scènes spectaculaires montées en épingle, la découverte soudaine qu’il y a urgence pour dramatiser les choses, la machine à communiquer se met en branle pour tenter de faire accepter une dégradation supplémentaire du cadre de vie, sans que cela ne résolve rien sur le fond.

 

No-mans-land 2 légerEn janvier dernier, un « no-mans-land » (c’est le terme employé par les autorités) avait été créé le long de la rocade, sur une largeur de 100 m, en rasant une partie du bidonville. C’est à ce niveau que seraient posés les 300 m de nouveaux grillages.