Étiquettes

, , , , , ,

Parti du Royaume-uni, où des manifestations seront organisées devant tous les centres de rétention, un appel international à s’opposer au système d’enfermement et d’expulsion des étrangers a été publié. Il est relayé dans une dizaine de pays, dont la France.

Mais à Calais, la manifestation prévue devant le centre de rétention de Coquelles se heurte à un arrêté d’interdiction pris au nom du célèbre « état d’urgence » qui sert de prétexte à tout.

Vous pouvez télécharger l’arrêté d’interdiction ici.

Treize citoyen-ne-s adressent à la préfète du Pas-de-Calais une lettre ouverte, qui est devenue une pétition que nous vous invitons à signer, diffuser et relayer :

https://www.change.org/p/mme-fabienne-buccio-pr%C3%A9f%C3%A8te-du-pas-de-calais-pour-la-libert%C3%A9-d-expression-%C3%A0-calais

 

« Lettre ouverte à Mme Fabienne Buccio, préfète du Pas-de-Calais

Madame la préfète,

Nous avons appris par voie de presse l’interdiction du rassemblement pacifique prévu le samedi 7 mai devant le centre de rétention de Coquelles, au prétexte qu’il serait organisé par le mouvement No Border, au prétexte des opinions qui motivent ce rassemblement (« Considérant […] que cette manifestation vise à dénoncer l’existence du centre de rétention administrative comme étant « un centre d’enfermement et d’expulsion des étrangers près de Calais » et un lieu où « la justice des étrangers est cachée aux regards »), et au prétexte que des groupes d’extrême-droite auraient appelé à un contre-rassemblement.

Nous vous rappelons que la liberté d’opinion et la liberté de manifestation sont des droits fondamentaux garantis par la constitution. Qu’une partie de la population française n’approuve pas la politique migratoire du gouvernement, bien au-delà du mouvement No Border, et que c’est bien cette partie de la population à laquelle vous interdisez de manifester son opinion.

Pire, vous motivez cette interdiction par l’état d’urgence, censé permettre de lutter contre le terrorisme. Pour la population de ce pays, c’est la double peine : c’est elle qui est visée par les attaques terroristes, c’est elle qui est privée de l’exercice de ses droits fondamentaux.

Nous vous invitons donc à lever la chape de plomb que vous faites peser sur la population calaisienne et à recréer les conditions d’exercice des libertés démocratiques.

Veuillez agréer, madame la préfète, l’expression de nos salutations démocratiques. »

Manif Coquelles banderole léger