Étiquettes

, , , ,

Dans l’arrêté interdisant la manifestation prévue aujourd’hui devant le centre de rétention de Coquelles (voir ici et ), à côté de Calais, Passeurs d’hospitalités et son rédacteur principal son nommément cités : « Vu l’appel à rassemblement devant le centre de rétention administrative de Coquelles le samedi 7 mai 2016 à 13h30 lancé par le collectif Facebook « Calais Migrant Solidarity – No Border » dans le cadre de la journée internationale contre les centres de rétention administrative et relayé depuis le 20 avril 2016 par le collectif « Passeurs d’hospitalités », représenté par Monsieur Philippe WANESSON, militant « No Border » ».

Vous pouvez télécharger l’arrêté d’interdiction ici.

À part la date et l’heure du rassemblement, pas grand’ chose qui soit exact dans ce paragraphe dont la fonction dans le texte est de désigner des responsables – avec la portée juridique que ça peut avoir, il s’agit d’un arrêté, pas d’un simple tract – tout en distillant un discours de propagande, dans lequel les « No Borders » sont la figure fantasmatique de l’ennemi de l’État.

No Border n’est pas l’organisateur de la manifestation d’aujourd’hui, ce n’est pas non plus un « collectif facebook », c’est un mouvement pour l’abolition des frontières.

Passeurs d’hospitalités n’est pas un collectif, c’est un blog, c’est-à-dire à son échelle un média d’information, de réflexion et de lutte contre la désinformation concernant la situation des exilé-e-s à Calais. C’est à ce titre qu’il a publié l’appel à la manifestation d’aujourd’hui, comme d’autres appels à des événements divers.

Philippe Wannesson (avec 2 N) est le rédacteur principal de ce blog. Comme c’est moi qui tiens la plume aujourd’hui, je peux préciser que je ne suis pas membre du mouvement « No Border ». J’entretiens des rapports normaux avec celui-ci, comme avec les autres groupes, collectifs, associations de soutien aux exilé-e-s à Calais. Sachant que cette normalité n’est pas du goût des autorités qui cherchent à diaboliser et à isoler ce mouvement.

Être traité de « No Border » n’est pas une insulte, mais sous la plume des autorités c’est une menace. C’est en étant désigné-e-s comme « No Border » que des bénévoles associatifs ou des participant-e-s à des manifestations ont été arrêté-e-s, placé-e-s en garde-à-vue, déféré-e-s devant des juges – généralement relaxé-e-s. Mais aussi pour des personnes ayant la nationalité d’un autre pays de l’Union européenne, illégalement placées en rétention pour être expulsées dans leur pays (voir ici, ici, ici, ici, ici et ).

Lors que l’arrêté par de « collectif facebook » concernant No Border, ce n’est pas une simple erreur. D’une part il y a des personnes, ou du moins des profils qui permettent de remonter vers des personnes, qui administrent ce groupe. Et puis c’est viser un outil grâce auquel l’information circule. Comme lorsqu’on vise le blog Passeurs d’hospitalités on vise un outil d’information.

Passeurs d’hospitalités continuera à faire son travail. Pour le reste, les personnes qui contribuent à ce blog sont suffisamment lucides par rapport à la situation politique pour en assumer les conséquences. L’essentiel est de savoir où on est, et de faire ce qu’on doit.

Advertisements