Étiquettes

, ,

Cette année la Fête de l’insurrection gitane, qui commémore la révolte du quartier des familles tziganes du camp de concentration d’Auschwitz – Birkenau le 16 mai 1944, a pour thème l’exil, en écho aux événements migratoires actuels. Rappeler le génocide en parlant de la révolte pour refuser de se laisser enfermer dans le statut de victime. Investir l’espace public par la fête. Et tendre la main pour un peuple d’Europe sans patrie aux nouveaux venants vers l’Europe depuis rives de l’Indus, de l’Euphrate, du Nil ou d’ailleurs.

Avec en toile de fond l’histoire du 20e siècle et le traitement aujourd’hui réserve au peuple sans patrie comme à ceux et celles qui quittent la leur, les murs, les barbelés, les camps, les bidonvilles, les expulsions, le refus de scolariser les enfants ou les écoles – ghetto.

Alors la fête est politique, comme la révolte.

 

http://www.insurrection-gitane.com/

« FÊTE DE L’INSURRECTION GITANE (EXIL)
Tir au fusil & Pommes d’amour
« L’État livre désormais une guerre à son contraire, la possibilité de l’humanité : la vie nue affranchie de tout contenu autre que l’acte de son insurrection. »


Dimanche 15 Mai 2016
11h-02h
Parvis de la Basilique des Rois morts (SAINT-DENIS)
www.insurrection-gitane.com
Programme complet disponible dés le 1er Mai (fête du travail)
Révoltes de réfugiés, Femmes racisées, Art martial et culture populaire

Affiche_Fête_insurrection_gitane_leger

Cette année encore La voix des Rroms et ses amis célèbreront en France et en Europe, le soulèvement, le 16 mai 1944, des femmes du « camp des familles tziganes » d’Auschwitz II-Birkenau, sous la forme d’un Spectacle Politique Vivant.

Suite aux efforts de La voix des Rroms auprès de ses partenaires, le 16 mai est devenu depuis mai 2015 l’International Rromani Resistance Day et simultanément des évènements auront lieu encore en 2016 dans de nombreuses villes d’Europe, dont Berlin, Vienne, Budapest, Skopje, Srebrenica, Prague etc…
Tout particulièrement, l’événement continental portera le thème commun de l’EXIL avec la volonté de rassembler les hommes et les femmes que l’histoire contemporaine, les guerres de l’économie ont arraché à leur lieux familiers pour les exposer aux dangers des mers et des routes d’Europe : les “migrants”, “les réfugiés”. En exposant encore le spécifique exil rromani, cette fête politique et culturelle veut être avec les éclaireurs d’une ouverture de l’Europe pour l’accueil des victimes de ces guerres de l’économie. Grand manifeste contre le racisme structurel, la Fête de l’Insurrection Gitane veut aussi être un acte d’affirmation d’une nouvelle appartenance commune fondée sur la cohésion non hiérarchique de tous en tant que multiplicité résistante. L’identité rromani, multiple, dans son acte d’insurrection historique, et en tant que cible contemporaine parmi d’autres des violences nationales et gouvernementales en Europe, se propose comme paradigme de cette unité harmonieuse des différences dans un ensemble continental cohérent. C’est donc tout naturellement que cet acte qui veut participer d’un mouvement général de refondation de la citoyenneté doit prendre place pour la France à Saint-Denis, localité cosmopolite organisée, et donc objet métropolitain de la haine nationaliste, et précisément sur le parvis de la Basilique où sont les gisants des Rois et qui par ailleurs, est mentionné dans le Journal d’un bourgeois de Paris (1427) comme lieu l’apparition des Rroms dans le Royaume de France. Cette année encore, la fête, parodie d’une insurrection, sera aussi la parodie d’une foire, en hommage à la foire du Lendit, qui du haut Moyen-Âge à l’aube du monde industriel fût le motif d’un afflux dans les parages de Saint-Denis des peuples français et de toute l’Europe continentale. »