Étiquettes

, , , ,

C’était un petit campement, d’une vingtaine d’habitant-e-s, apparu en 2014, disparu puis réapparu plus durablement en 2015, né de l’augmentation du nombre d’exilé-e-s à la frontière britannique qui les a amené-e-s à se fixer près de plus petits lieux de passage (voir ici et ). Ses habitant-e-s étaient sous le coup d’un jugement d’expulsion. Celle-ci a eu lieu ce matin. Un bus était présent pour emmener les personnes qui l’auraient souhaité vers un « centre de répit » (voir ici, ici, ici et ), mais il est reparti vide. Aucune solution de relogement n’a été proposée aux personnes ne souhaitant pas rester en France. Les associations cherchent des possibilités de mise à l’abri, à moins que les personnes expulsées ne décident l’aller à Calais, où la situation est difficile en raison du nombre de nouvelles arrivées dans un bidonville déjà à l’étroit depuis la destruction de sa partie sud.

http://www.lavoixdunord.fr/region/chocques-la-camp-de-migrants-evacue-ce-mercredi-matin-ia30b53939n3542654

Cette expulsion intervient le lendemain de la signature par l’État de la convention par laquelle il s’engage à financer le fonctionnement du camp de réfugié de Grande-Synthe – tout en annonçant que son but est sa fermeture (voir ici et ). Et alors que la mairie de Paris annonce qu’elle va créer des camps de réfugié-e-s pour accueillir les exilé-e-s arrivant dans la capitale.

http://www.leparisien.fr/espace-premium/paris-75/hidalgo-annonce-un-camp-humanitaire-pour-les-refugies-01-06-2016-5846445.php

http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2016/05/31/anne-hidalgo-veut-creer-a-paris-un-camp-humanitaire-aux-normes-de-l-onu-pour-les-refugies_4929714_1654200.html

 

CHOCQUES01Le campement de Choques, par Lisa Mandel et Yasmine Bouagga http://lisamandel.blog.lemonde.fr/