Étiquettes

, , , ,

L’ouverture du Tunnel sous la Manche a été à l’époque perçu dans l’opinion publique britannique comme une remise en cause de l’identité insulaire et de la sécurité qui lui est attachée. Cette perception appelait une réponse des autorités montrant qu’elles assurent la sécurité. En 1991, trois ans avant l’ouverture du Tunnel, le Protocole de Sangatte organise le fonctionnement de cette frontière, et prévoit notamment des contrôles par des agents britanniques sur le sol français, aux approches du Tunnel et dans les gares françaises à l’embarquement des trains pour Londres. Il prévoit la réciprocité, c’est-à-dire des contrôles français sur le sol britannique, à l’accès du Tunnel et à l’embarquement des trains à la gare de Londres Saint Pancras. Même s’il répond à des préoccupations sécuritaires avant tout britanniques, l’accord est symétrique sur le papier.

Au début des années 2000, l’immigration est devenu une préoccupation plus importante dans le débat public britannique. La présence à côté de Calais du Centre de Sangatte, ouvert en 1999 par les autorités françaises pour abriter les exilé-e-s bloqué-e-s à la frontière, rend visible la présence aux portes du Royaume-uni des « migrants » qui souhaitent y entrer. Les pressions britanniques aboutissent à la fermeture du centre en 2002. En 2003 est signé le Traité du Touquet, qui prévoit d’élargir aux ports français de la Manche et de la Mer du Nord les contrôles britanniques sur le sol français. Cet accord est lui aussi réciproque, puisqu’il prévoit des contrôles français dans les ports britanniques.

Les années 2008 et 2009 voient une augmentation du nombre d’exilé-e-s, originaires notamment d’Afghanistan, arrivant en Europe et à la frontière britannique. Les accords franco-britanniques signés en 2009 portent cette fois principalement sur les mesures à prendre sur le sol français pour renforcer le contrôle de la frontière et de ses approches. À la coopération entre les polices et à l’organisation conjointe d’expulsions vers les pays d’origine s’ajoutent une répartition des coûts des technologies de contrôle et des infrastructures, et les mesures à prendre pour disperser les « regroupements » d’exilé-e-s aux approches de la frontière. Ces accords portent donc clairement sur l’externalisation du contrôle de la frontière britannique sur le sol français.

Dans les faits, ces accords consacrent en partie la politique menée depuis la fermeture du Centre de Sangatte. Le déguerpissement des exilé-e-s par l’évacuation des exilé-e-s par l’évacuation et la destruction de leurs lieux de vie et le harcèlement policier pour leur rendre la vie aussi invivable que possible. L’ouverture en 2004 d’un centre de rétention à Coquelles, à côté de Calais, pour organiser les expulsions.

L’augmentation du nombre d’exilé-e-s arrivant en Europe et présent-e-s à la frontière britannique amène une nouvelle série d’accords, en 2014, 2015 et 2016 à l’occasion du sommet franco-britannique d’Amiens. Ils reprennent les mesures d’externalisation des accords de 2009 en les renforçant, quitte à paraître redondants par rapport aux dispositifs déjà en œuvre. Ils y ajoutent un volet dit « humanitaire », comportant aussi bien l’aide au « retour volontaire » que la mise à l’abri des personnes vulnérables et l’accueil des demandeur-se-s d’asile. La participation financière britannique est chiffrée, et augmente au fil du temps. Les accords de 2014 et 2015 font aussi référence à la coopération franco-britannique au sein des institutions européennes pour durcir le contrôle des frontières extérieures de l’Union européenne, et la politique d’externalisation dans les pays voisins et d’expulsion vers les pays d’origine. Ces aspects sont développés dans la Déclaration sur les migrations du sommet d’Amiens, qui affirme aussi la volonté que le règlement Dublin III reste la base déterminant le pays responsable de l’examen des demandes d’asile, ce qui en délègue le rôle généralement aux pays d’entrée dans l’Union européenne.

 

Vous pouvez consulter les différents accords franco-britanniques ici :

https://passeursdhospitalites.wordpress.com/documents/