Étiquettes

, ,

LA QUINZAINE DES PASSEURS D’HOSPITALITÉS

Du 8 juin au 6 juillet 2016

Un convoi humanitaire britannique interdit d’entrer sur le territoire français au nom de l’état d’urgence, un blocus par la police de l’apport de matériaux permettant de reconstruire une partie du bidonville de Calais, le gouvernement est toujours en guerre contre la solidarité. Laquelle continue de manière opiniâtre, reflet de toute une partie de l’opinion publique française, britannique et Européenne pour laquelle les réfugié-e-s sont bienvenu-e-s.

Si le vote pour le Brexit n’entraîne pas de remise en cause automatique des accords franco-britanniques de contrôle de la frontière, il créait une opportunité pour leur renégociation. Le gouvernement n’attend pas un instant pour annoncer qu’il n’en sera rien, et que les choses continueront jusqu’à présent. De nouveaux murs sont annoncés, et les armes utilisées par la police se sont diversifiées.

Derrière la nouvelle mode des camps de réfugié-e-s en France, dont l’État prend le contrôle à Grande-Synthe et qui sont en projet à Paris, se renforce un système de dispersion des personnes sur tout le territoire dans des structures en dehors du droit commun, alors que le système d’asile français est toujours aussi inhospitalier. Déplacer plutôt qu’accueillir.

Des nouvelles de Calais sur le blog Passeurs d’hospitalités (page 2), des Balkans sur les blogs Exilés dans les Balkans, en français (page 8) et Exiles in the Balkans, en anglais (page 8).

Vous pouvez télécharger la Quinzaine des Passeurs d’hospitalités du 08/06 au 06/07/2016.