Étiquettes

, , , , , ,

Étéocle et Polynice sont morts. Créon, tyran de Thèbes, ordonne des funérailles pour Polynice, mais que le corps d’Étéocle soit laissé sans sépulture et devienne la proie des chiens. Sera puni  de mort quiconque enfreindra sa décision. Antigone, sœur de Polynice et d’Éthéocle brave l’interdiction pour donner une sépulture à ce dernier. L’opposition se fait entre la démesure de Créon dans l’exercice démesuré et brutal du pouvoir, et la fidélité inconditionnelle d’Antigone aux liens qui l’unissent aux autres humains.

Alors qu’on rend hommage aux mort-e-s de Nice et de Saint-Étienne-du-Rouvray, un hommage aux mort-e-s à la frontière britannique est interdit par la préfète du Pas-de-Calais. Ce au nom de l’état d’urgence, censé servir à a lutte contre le terrorisme mais utilisé avec un opportunisme cynique par le gouvernement pour réprimer les oppositions à sa politique (voir ici, ici, ici, ici, ici et ). Une manifestante a été arrêtée et passera en procès le 18 octobre pour sa participation à un rassemblement (qualifié d’«attroupement») interdit. Il y a des mort-e-s qu’on honore, et d’autre qu’on doit laisser aux chiens, sous peine de tomber sous le coup de la législation antiterroriste. Comme si tou-te-s les mort-e-s ne se valaient pas face à la barbarie.

Depuis une quinzaine d’année, la solidarité envers des populations dont les gouvernements successifs entendent faire des parias est un délit, en faisant flèche de toutes les formes utilisables de la législation (voir ici, ici, ici, ici, ici, ici, ici et ).

Et pourtant au fil de ces années la solidarité continue avec obstination. Faisant vivre la solidarité qui nous uni à nos voisin-e-s, fussent-ils ou elles de passage. Mais aussi parce que ces gouvernements successifs attaquent ce qui est pour nous le fondement du lien social.

 

Louvre-peinture-francaise-p1020324Hubert Robert – Vue imaginaire de la Grande Galerie du Louvre en ruines
1796.