Étiquettes

, , , , ,

En un temps record, des exilé-e-s ont su construire dans un lieu particulièrement inhospitalier les prémisses d’un ville, avec ses lieux de culte, ses commerces, ses restaurants, ses écoles, complétés par les initiatives de citoyens solidaires et d’associations. Calais devrait s’inspirer de leur dynamisme, plutôt que de les jalouser.

Lieux de vie et de créativité, mais aussi lieu de relégation, de violence et de précarité. Lieu qui doit disparaître donc en tant qu’il est un ghetto, mais pas pour une énième chasse à l’homme devant la police et les bulldozers, plutôt en s’appuyant sur la créativité de ses habitant-e-s pour qu’ils et elles trouvent leur pleine place dans la société.

Après des descentes de police accompagnées d’arrestations visant les commerces et restaurants du bidonville (voir ici, ici, ici et ), et conformément à la logique police plus bulldozer, la préfecture a saisi le tribunal administratif pour obtenir leur destruction, première étape d’une destruction de ce qui reste du bidonville sans autre issue pour ses habitant-e-s qu’une errance dans des conditions encore plus précaires (voir ici, ici et ).

Pour témoigner de son opposition à cette logique destructrice et de son soutien aux personnes qui travaillent et habitent dans les commerces et restaurants du bidonville, chacune et chacun est invité-e à être présent-e à l’audience ou à se rassembler devant le tribunal :

Mercredi 10 août à partir de 8h30, au tribunal administratif de Lille, 5 rue Geoffroy de Saint Hilaire

https://goo.gl/maps/cTqkGwXieLm

 

Louise-barber lightL’échoppe d’un coiffeur, dessin Loup Blaster http://loupblaster.tumblr.com