Étiquettes

, , ,

Ils faisaient partie des heureux élus du départ de mardi dernier, ceux qui avaient pu monter dans le bus qui les emmenaient vers un « centre de répit », ou Centre d’Accueil et d’Orientation (CAO). Pour beaucoup, leur procédure de demande d’asile était déjà bien avancée, ils avaient eu leur entretien à l’OFPRA, certains avaient déjà la réponse leur donnant le statut de réfugié ou la protection subsidiaire. Ils pensaient déjà à leur insertion dans la société française, et ils auraient déjà dû être hébergés dans le cadre du dispositif d’accueil des demandeurs d’asile, pas dans les containers du camp de Calais ni dans un CAO.

On leur avait dit qu’ils partaient pour Nevers, et qu’ils seraient hébergés en ville.

Erreur, petite erreur, un rien : ce n’était pas Nevers, 35 000 habitants, chef-lieu de la Nièvre. C’était Nevoy, à une syllabe près, village de 1178 habitants au recensement de 2013, dont l’église renferme un porte-cierge et une cloche classés monuments historiques au titre d’objets.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nevoy

Mais les exilés de Calais ne sont pas hébergés dans le village. Le CAO est sur un terrain à l’écart qui sert de lieu de grand rassemblement à l’Association évangélique tzigane Vie et Lumière.

vie-et-lumiere-nevoy_1093790Sur ce terrain qui peut accueillir plus de 30 000 personnes dans des caravanes et désert en-dehors des grands rassemblements, 7 containers entourés de grille ont été installés et entourés de grilles.

C’est là que quittant le camp de container entouré de grilles à l’écart de la ville de Calais ces exilés en espoir de construire leur vie dans la société française sont arrivé dans un camp de containers entouré de grilles à l’écart du village de Nevoy.

Nevoy 1

Nevoy 2

Nevoy 3

Nous ne sommes pas encore sûrs que tous ceux partis ce mardi et emmenés à Nevoy sont revenus à Calais. Mais beaucoup oui.

Quand leur proposera-t-on autre chose que des camps ?