Étiquettes

, , , ,

Le site où se trouve le bidonville de Calais ne comprend pas que le bidonville lui-même, mais aussi deux structures mises en place par l’État et gérée par un opérateur associatif, La Vie Active. Il s’agit du centre Jules Ferry, avec des services de jour aux exilé-e-s et un hébergement pour des femmes et des enfants (400 places). Il était aussi prévu d’y ouvrir une structure d’hébergement de 72 places pour des mineurs isolés. Et du camp de containers, qui a été installé sur une partie du bidonville qui a été détruite, et qui abrite 1500 personnes.

On a donc juxtaposés un bidonville dans lequel les conditions de vie sont très précaires, mais où s’est organisée la vie sociale d’une petite ville, aux habitant-e-s duquel le centre Jules Ferry permet d’accéder à certains services de base en nombre limités (repas, douches, électricité, permanence médicale, informations juridiques), et deux structures d’hébergement semi-fermées, où l’autonomie est limitée et la liberté d’aller et de venir contrôlée, pour les habitant-e-s desquelles le bidonville offre un espace de vie sociale.

À la surprise générale, le gouvernement a annoncé son intention non seulement de détruire le bidonville, mais aussi de fermer les structures qu’il a mises en place, centre Jules Ferry et camp de containers, dans une sorte de logique de la terre brûlée, comme s’il n’y avait pas eu d’exilé-e-s à Calais quand ces structures n’existaient pas, comme si on venait d’Afghanistan à Calais pour prendre une douche à La Vie Active.

Si critiquables que soient ces deux structures mises en place par l’État dans leur organisation, elles n’en montrent pas moins que l’accueil des exilé-e-s crée des emplois, en l’occurrence 140 personnes en contrat à durée indéterminée à La Vie Active, une soixantaine d’emplois chez différents prestataires, plus des personnes en contrat à durée déterminée. À l’échelle du Calaisis, la suppression de 200 emplois vient s’ajouter à une situation sociale déjà difficile.

Dans le contexte, le syndicat SUD Santé – Sociaux des salarié-e-s a adressé la semaine dernière une lettre ouverte au président de la République.

 

Vous pouvez télécharger la lettre ouverte ici.

« Lettre ouverte

à Mr Hollande

Président de la République

 

Le syndicat SUD santé sociaux de la Vie Active interpelle Mr Hollande Président de la République suite à ses déclarations au travers des médias lors de sa visite à Calais le 26 septembre 2016.

Nos élus viennent d’être interpellés par mail, puis par courrier recommandé de notre direction générale par l’intermédiaire de Mr Alexandre sur l’éventualité d’une fermeture totale du site de Calais. Ce qui laisserai entendre le licenciement de 140 salariés en CDI pour l’association la Vie Active, ainsi que les emplois des prestataires : sécurité/ restauration….ce qui va toucher un bassin d’emplois d environs 200 personnes.

Mr le Président de la République mesure t -il les conséquences d’une t elle annonce?

Avez-vous mesuré, Mr le Président, l’impact de ces licenciements dans une région fortement touchée économiquement ?

Utiliser le problème migratoire à des fins électorales ne rend dupe aucun citoyen !

SUD dénonce l’utilisation de la misère humaine dans cette pré campagne présidentielle.

Le syndicat SUD sera aux cotés de l’association la Vie Active, gestionnaire du site, pour la sauvegarde des emplois et l’accompagnement des personnes migrantes, accueillies sur les différents pôles (mères /enfants, accueil de jour, centre d’accueil provisoire).

Nous sommes conscients de l’état d’isolement et de la précarité des personnes accueillies sur notre sol. La régularisation de cette situation incombe à l’Etat et ne peut laisser dans son sillage 140 travailleurs.

Nous voulons un projet alternatif qui soit en capacité d’accueillir dans des conditions respectueuses et dignes des personnes migrantes en partenariat avec les associations existantes sur le terrain et qui permettrait de garantir les emplois, voir d’autres création dans un secteur sinistré qui en a besoin.

Le caractère urgent de la situation nous pousse à demander une réponse rapide du gouvernement sur la future situation des salariés.

Le Syndicat SUD santé sociaux vie Active »

 

liquidation-totale