Étiquettes

, , , , ,

Officiellement tout est réglé, juste quelques personnes à mettre dans les bus, et tous les mineurs sont à l’abri. Comme ceux qui ont dormi sous un pont cette nuit, ou ces adolescents afghans croisés ce matin en centre-ville.

Ce matin, des femmes accompagnées d’enfants ont à nouveau manifesté, demandant « UK help us ».

 

L’enregistrement des derniers mineurs (apparemment 300 mineurs non enregistrés vers midi) semblait problème, et la préfecture veut visiblement rendre moins visibles les pratiques scandaleuses de ces derniers jours.

Le communiqué de la préfecture donne une définition particulière de l’expulsion des quelques milliers de personnes qui restaient dans le bidonville et la destruction de leur lieu de vie précaire : « Depuis le mardi 25 octobre, une entreprise de nettoyage intervient sur le camp de la Lande afin d’évacuer les déchets des zones laissées libres par les migrants. »

Selon ce communiqué, 5604 personnes auraient été mises à l’abri et 233 accueillies au Royaume-uni sur les 8143 recensées à la mi-octobre.

Chose bizarre, sur 1291 mineur-e-s non-accompagné-e-s recensé-e-s à la mi-octobre, 1200 (pile tout rond ?) auraient été accueilli-e-s dans le camp de container, 233 admis-e-s au Royaume-uni, ce qui fait déjà 1433, aucun-e n’aurai été envoyé-e dans les centres d’accueil pour mineurs en France (CAOMIE) ? Quid des quelques 300 encore non-enregistré-e-s à la mi-journée ?

Concernant les mineur-e-s, État n’a pas trop bien l’air de savoir quoi. Dommage.

 

mineurs1Hier mardi, les enclos pour mineurs.