Étiquettes

, , , , ,

Quelques centaines d’exilé-e-s ont dormi cette nuit dans ce qui reste du bidonville de Calais, entre la destruction par les autorités et les incendies. Parmi ces personnes, les mineur-e-s qui n’ont pas été enregistré-e-s hier. Ces personnes font sans doute partie des « déchets des zones laissées libres par les migrants » qu’une « entreprise de nettoyage » est chargée de « nettoyer », comme dit la préfète du Pas-de-Calait dans son communiqué d’hier. Il n’y aura plus de bus vers les Centres d’Accueil et d’Orientation (CAO – voir ici, ici, ici et ), l’enregistrement des mineurs a été arrêté, et la préfecture a annoncé dès le début de l’expulsion que les personnes qui auraient refusé de partir seraient arrêtées et envoyées en centre de rétention pour être expulsées du territoire, éventuellement vers leur pays d’origine (Afghanistan, Soudan, Érythrée, pour prendre les principales nationalités).

C’est donc à cela que nous risquons d’assister aujourd’hui.

Plus le temps avance, plus le caractère indigne de cette opération d’expulsion présentée comme « humanitaire » devient visible, comme le montrent par exemple ces images.

indign6Les heures d’attente pour accéder au hangar où se font le tri et l’enregistrement des personnes.

indign4Dans les bus emmenant les exilé-e-s vers les Centres d’Accueil et d’Orientation, les sièges étaient recouverts de housses en plastique, au cas où « ces gens-là » saliraient ou mettraient des maladies.

Quand aux conditions d’accueil dans certains Centres d’Accueil et d’Orientation, cette dépêche de Jungle News, créée par Arte-tv qui transmet des informations depuis le bidonville, se passe de commentaire :

https://www.facebook.com/junglenewsfr/

« Conditions d’accueil indignes dans certains CAO ?

Un exilé soudanais, réfugié politique, mais qui n’avait d’autre choix que de vivre dans la Jungle de Calais faute de logement, avait décidé de prendre un bus dès lundi matin pour un CAO. Il a fait parvenir ces photos de Feuguerolles, dans l’Eure, où il est « logé » avec 45 camarades d’infortune.
Jungle News a été autorisé, comme les autres médias, à visiter certains CAO, sélectionnés par les services de l’État, mais pas tous. À la vue de ces photos, nous demandons qu’une liste complète de ces centres soit transmise à la presse et aux associations, et que nous puissions indépendamment enquêter sur les conditions d’accueil des migrants et des réfugiés. »

indign1

indign2

indign3