Étiquettes

, , , , , ,

Calais, 31 octobre, audience du Juge des Libertés et de Détention, qui contrôle la régularité du placement en rétention et autorise la prolongation de celle-ci. À Coquelles, à côté de Calais, la salle d’audience est située entre le centre de rétention et le commissariat de la police aux frontières. Ce lundi une vingtaine de personnes passent devant le juge.

Deux jeunes soudanais affirment qu’ils sont mineurs. Pour les deux, la police a noté comme date de naissance le 1er janvier 1998 sur le procès-verbal. La juge se fie à la police. Rétention prolongée.

Un autre Soudanais atteste de démarches entamées à Paris pour accéder à la procédure d’asile. Il venait à Calais pour partir vers un Centre d’Accueil et d’Orientation parce que ça lui aurait permis d’être plus rapidement hébergé et de déposer plus rapidement sa demande, quand il a été arrêté lors d’un contrôle au faciès à la gare. Malgré les démarches entreprises pour demander l’asile, rétention prolongée.

Un quatrième montre son dossier pour l’enregistrement de sa demande d’asile. Il n’a pas pu l’envoyer dans les délais pour qu’elle soit recevable. En effet, le dossier doit être envoyé en français, lundi vient après le week-end, et il n’y avait personne pour l’aider à le remplir. Rétention prolongée.

Pour ces quatre personnes, deux mineurs et deux demandeurs d’asile, les démarches ont été entamées avec l’ambassade du Soudan pour permettre leur expulsion vers ce pays.

D’autres ont eu plus de chance, quatre Érythréens qui ont été libérés parce qu’il n’y avait pas d’interprète dans leur langue et que la juge ne pouvait donc pas se prononcer sur le prolongement de la rétention, et un Iranien pour défauts flagrants de procédure (non accès à un médecin et un avocat alors qu’il l’avait demandé).

Le placement en rétention des autres personnes a été maintenu, malgré de fréquents défauts d’interprétariat, ou de notification des droits.

Le centre de rétention de Coquelles est plein, sa capacité a été augmentée de 20 places. Y sont actuellement enfermées principalement des personnes de nationalité érythréenne et soudanaise.

 

cra-coquellesLe centre de rétention de Coquelles à travers ses nouvelles grilles.

Advertisements